Le bénéfice net annuel du numéro deux mondial du secteur s'est élevé à quelque 32,8 milliards de couronnes (3,1 milliards d'euros), en hausse de 70% par rapport à 2020, et le chiffre d'affaires, à 372 milliards, a progressé de 10%.

Des performances supérieures aux consensus des analystes du secteur interrogés par Bloomberg.

"Avec le rebond de l'activité économique après les difficultés de 2020, la croissance des volumes de transport et l'amélioration de l'activité de construction ont augmenté l'utilisation de la flotte de nos clients, qui est revenue aux niveaux d'avant Covid", a déclaré le CEO, Martin Lundstedt, dans le rapport annuel du groupe.

Le dernier trimestre a également dépassé les attentes, avec un bénéfice net à 8 milliards de couronnes (-13% sur un an), là où les analystes tablaient sur 7,4 milliards. Sur la période, le chiffre d'affaires est en revanche en hausse de 5,6%, à 102 milliards.

"Nous avons eu des coûts supplémentaires pour gérer la production en raison des perturbations de la chaîne d'approvisionnement ainsi que des coûts plus élevés pour les matériaux et le fret", a expliqué le groupe, qui s'attend "à ce que les pressions inflationnistes se poursuivent".

Pour 2022, Volvo a maintenu ses prévisions de ventes sur ses principaux marchés.

Le bénéfice net annuel du numéro deux mondial du secteur s'est élevé à quelque 32,8 milliards de couronnes (3,1 milliards d'euros), en hausse de 70% par rapport à 2020, et le chiffre d'affaires, à 372 milliards, a progressé de 10%. Des performances supérieures aux consensus des analystes du secteur interrogés par Bloomberg. "Avec le rebond de l'activité économique après les difficultés de 2020, la croissance des volumes de transport et l'amélioration de l'activité de construction ont augmenté l'utilisation de la flotte de nos clients, qui est revenue aux niveaux d'avant Covid", a déclaré le CEO, Martin Lundstedt, dans le rapport annuel du groupe. Le dernier trimestre a également dépassé les attentes, avec un bénéfice net à 8 milliards de couronnes (-13% sur un an), là où les analystes tablaient sur 7,4 milliards. Sur la période, le chiffre d'affaires est en revanche en hausse de 5,6%, à 102 milliards. "Nous avons eu des coûts supplémentaires pour gérer la production en raison des perturbations de la chaîne d'approvisionnement ainsi que des coûts plus élevés pour les matériaux et le fret", a expliqué le groupe, qui s'attend "à ce que les pressions inflationnistes se poursuivent". Pour 2022, Volvo a maintenu ses prévisions de ventes sur ses principaux marchés.