Le contrat de gestion, qui avait été approuvé fin juillet, entrera en vigueur le 1er janvier prochain et courra jusque 2026. Il attribue une série de services d'intérêt économique général à Bpost moyennant une compensation d'environ 125 millions d'euros par an. Il s'accompagne, pour la première fois, d'une charte RSE, qui était en cours de finalisation ces dernières semaines.

L'entreprise semi-publique et l'État s'y engagent à réduire l'impact de la première sur l'environnement et le climat. Les émissions carbone de Bpost devront être réduites de plus de 60% par rapport au niveau d'émission prévu en 2030.

La flotte automobile de l'entreprise (plus de 18.000 voitures et camionnettes) sera convertie à la technologie électrique d'ici 2030, tandis que les 800 camions dont disposera l'entreprise abandonneront le diesel au profit du LNG. Toute l'électricité utilisée par bpost sera de l'électricité verte et l'isolation des bâtiments sera optimisée.

La société étendra ses efforts en matière de protection de la biodiversité, de promotion de l'économie circulaire et de gestion de l'eau et des déchets.

Sur le plan de la durabilité sociale, Bpost poursuivra le développement d'un environnement de travail inclusif, souligne la ministre De Sutter, avec des perspectives d'apprentissage, de développement personnel, de croissance et d'évolution de carrière pour chaque travailleur.

Dans le cadre de l'établissement d'un terrain de jeu socialement équitable dans le secteur la logistique et des paquets, comme prévu par l'Etat, Bpost s'engage à privilégier l'engagement de personnel sur base salariée et en limitant au maximum le recours à la sous-traitance, qui sera réservé aux moments de pic.

L'entreprise nommera également en son sein un "coordinateur handicap" afin de rendre ses différents services plus accessibles aux personnes handicapées. L'entreprise postale s'engage également à renforcer ses efforts pour promouvoir la diversité et l'inclusion (notamment l'intégration sur le lieu de travail, la prévention des discriminations et la dimension du genre), dans toutes ses dimensions, entre autres via le déploiement d'un plan d'action pour l'intégration des personnes LGBTQI+.

Bpost continuera à assurer les investissements nécessaires pour le déploiement de l'entreprise dans les secteurs en croissance ainsi que pour ses coeurs de métiers que ce soit en Belgique ou à l'étranger, notamment dans le secteur de l'e-commerce et de la logistique, souligne encore la ministre des Entreprises publiques.

Enfin, des initiatives seront mises en place afin de soutenir les PME et entreprises belges à s'implanter de manière efficiente dans le marché de l'e-commerce.

Le contrat de gestion, qui avait été approuvé fin juillet, entrera en vigueur le 1er janvier prochain et courra jusque 2026. Il attribue une série de services d'intérêt économique général à Bpost moyennant une compensation d'environ 125 millions d'euros par an. Il s'accompagne, pour la première fois, d'une charte RSE, qui était en cours de finalisation ces dernières semaines. L'entreprise semi-publique et l'État s'y engagent à réduire l'impact de la première sur l'environnement et le climat. Les émissions carbone de Bpost devront être réduites de plus de 60% par rapport au niveau d'émission prévu en 2030. La flotte automobile de l'entreprise (plus de 18.000 voitures et camionnettes) sera convertie à la technologie électrique d'ici 2030, tandis que les 800 camions dont disposera l'entreprise abandonneront le diesel au profit du LNG. Toute l'électricité utilisée par bpost sera de l'électricité verte et l'isolation des bâtiments sera optimisée. La société étendra ses efforts en matière de protection de la biodiversité, de promotion de l'économie circulaire et de gestion de l'eau et des déchets. Sur le plan de la durabilité sociale, Bpost poursuivra le développement d'un environnement de travail inclusif, souligne la ministre De Sutter, avec des perspectives d'apprentissage, de développement personnel, de croissance et d'évolution de carrière pour chaque travailleur. Dans le cadre de l'établissement d'un terrain de jeu socialement équitable dans le secteur la logistique et des paquets, comme prévu par l'Etat, Bpost s'engage à privilégier l'engagement de personnel sur base salariée et en limitant au maximum le recours à la sous-traitance, qui sera réservé aux moments de pic. L'entreprise nommera également en son sein un "coordinateur handicap" afin de rendre ses différents services plus accessibles aux personnes handicapées. L'entreprise postale s'engage également à renforcer ses efforts pour promouvoir la diversité et l'inclusion (notamment l'intégration sur le lieu de travail, la prévention des discriminations et la dimension du genre), dans toutes ses dimensions, entre autres via le déploiement d'un plan d'action pour l'intégration des personnes LGBTQI+. Bpost continuera à assurer les investissements nécessaires pour le déploiement de l'entreprise dans les secteurs en croissance ainsi que pour ses coeurs de métiers que ce soit en Belgique ou à l'étranger, notamment dans le secteur de l'e-commerce et de la logistique, souligne encore la ministre des Entreprises publiques. Enfin, des initiatives seront mises en place afin de soutenir les PME et entreprises belges à s'implanter de manière efficiente dans le marché de l'e-commerce.