En cas de fermeture jusqu'en 2021, seuls 17% des commerçants pensent tenir le coup. Ils étaient 50% à rester optimistes, lors de l'enquête réalisée par l'UCM fin août.

Selon l'UCM, les commerçants non alimentaires n'ont pas eu la possibilité de récupérer entre les deux confinements. Le chiffre d'affaires réalisé au troisième trimestre (juillet-août-septembre) par rapport à la même période de 2019 est en recul pour plus de 80% et même en recul grave, soit plus de 30%, pour 48% des répondants.

Malgré les difficultés, les commerçants se sont adaptés aux "click and collect" (52% des commerces) et sont plus présents sur les réseaux sociaux.

La possibilité de recevoir des clients sur rendez-vous permettrait-elle de sauver les meubles ? Oui pour seulement 8% des répondants, non pour 39,7%. Dans la majorité des cas (52,3%), ce serait une amélioration mais qui ne permettrait pas un mois de décembre normal.

Si la fermeture se prolonge en décembre, 17% des commerçants disposeront de réserves suffisantes. Ils sont par contre 27% à avoir besoin de plus de 10.000 euros en trésorerie.

"Sous peine de voir quasiment disparaître une activité essentielle à la vie économique et sociale du pays, il faut autoriser au plus tôt les ventes sur rendez-vous, qui ne posent aucun problème sanitaire sérieux. Et envisager une réouverture contrôlée avant les fêtes de fin d'année," conclut l'UCM.

En cas de fermeture jusqu'en 2021, seuls 17% des commerçants pensent tenir le coup. Ils étaient 50% à rester optimistes, lors de l'enquête réalisée par l'UCM fin août. Selon l'UCM, les commerçants non alimentaires n'ont pas eu la possibilité de récupérer entre les deux confinements. Le chiffre d'affaires réalisé au troisième trimestre (juillet-août-septembre) par rapport à la même période de 2019 est en recul pour plus de 80% et même en recul grave, soit plus de 30%, pour 48% des répondants. Malgré les difficultés, les commerçants se sont adaptés aux "click and collect" (52% des commerces) et sont plus présents sur les réseaux sociaux. La possibilité de recevoir des clients sur rendez-vous permettrait-elle de sauver les meubles ? Oui pour seulement 8% des répondants, non pour 39,7%. Dans la majorité des cas (52,3%), ce serait une amélioration mais qui ne permettrait pas un mois de décembre normal. Si la fermeture se prolonge en décembre, 17% des commerçants disposeront de réserves suffisantes. Ils sont par contre 27% à avoir besoin de plus de 10.000 euros en trésorerie. "Sous peine de voir quasiment disparaître une activité essentielle à la vie économique et sociale du pays, il faut autoriser au plus tôt les ventes sur rendez-vous, qui ne posent aucun problème sanitaire sérieux. Et envisager une réouverture contrôlée avant les fêtes de fin d'année," conclut l'UCM.