Depuis deux ans, il est désormais possible de se muer en DJ sur smartphone ou tablette grâce une application appelée PlayGround. Créée par quatre Verviétois, l'appli permet de remixer plusieurs morceaux, grâce à un système ludique et très épuré, rendant PlayGround très accessible. C'est donc assez naturellement que l'appli a rapidement trouvé son public. A ce jour, PlayGround a enregistré pas moins de 500.000 téléchargements. Un véritabl...

Depuis deux ans, il est désormais possible de se muer en DJ sur smartphone ou tablette grâce une application appelée PlayGround. Créée par quatre Verviétois, l'appli permet de remixer plusieurs morceaux, grâce à un système ludique et très épuré, rendant PlayGround très accessible. C'est donc assez naturellement que l'appli a rapidement trouvé son public. A ce jour, PlayGround a enregistré pas moins de 500.000 téléchargements. Un véritable carton, couronné par le titre de Best App 2016 sur l'App Store. Ce succès, les créateurs le doivent en partie à des débuts remarquables. " Nous avons été repérés chez Apple qui a mis, durant plusieurs semaines, PlayGround sur la première page de l'App Store ", explique Pascal Demez, l'un des quatre créateurs. Depuis, l'appli est également installée sur les iPads dans les boutiques Apple de 17 pays comme exemple d'application. " Cela prouve que nous sommes reconnus, appréciés et que notre appli fonctionne parfaitement. Pour présenter ses produits, Apple n'en installe seulement que quelques-unes ", ajoute Edwin Joassart, un autre membre du quatuor initiateur du projet. Le succès vient beaucoup de l'Asie, où 60 % des téléchargements de l'appli ont été réalisés. " Nous ne nous l'expliquons pas vraiment. Mais du coup, nous allons prendre cet aspect en compte pour notre développement ", continue Pascal Demez. L'appli est téléchargeable gratuitement et proposée avec quelques morceaux. Afin de parfaire sa maîtrise du remix sur d'autres tubes, il est possible de télécharger des morceaux dont le prix varie de 2 à 5 dollars. " Nous en ajoutons deux/trois à la liste chaque mois. Les chansons proviennent d'artistes de plus en plus connus ", glisse encore Edwin Joassart. Pour se développer encore davantage, PlayGround s'est mis à nouveau en quête de capitaux. " Nous cherchons 500.000 euros. C'est déjà notre troisième levée de fonds ", explique le fondateur. L'objectif serait désormais d'atteindre la rentabilité pour 2018. " C'était notre objectif lorsque que nous nous sommes lancés et nous devrions a priori nous y tenir. " Par Arnaud Martin.