M. Nyst avait pris les rênes de l'UCM en 2017, pour achever le mandat de Philippe Godfroid, qui avait mené à bien une réforme interne des structures. Trois années marquées successivement par la "démission du gouvernement wallon, la crise du Fipronil, la réforme insatisfaisante de l'impôt des sociétés, l'accord social interprofessionnel 2019-2020, les élections de mai 2019, la constitution des gouvernements régionaux, la crise fédérale et, enfin, la catastrophe économique suite à la pandémie du Covid- 19", rappelle l'UCM.

Au cours des quatre prochaines années, le président de l'UCM continuera à "plaider la cause des indépendants et PME auprès de chaque responsable (politique, NDLR) avec le même esprit critique."

Pierre-Frédéric Nyst, 52 ans, est avocat aux barreaux de Namur et du Luxembourg, spécialisé en fiscalité et droit des affaires. En tant que président de l'UCM, il siège au Groupe des 10, l'un des principaux organes de concertation sociale en Belgique.

M. Nyst avait pris les rênes de l'UCM en 2017, pour achever le mandat de Philippe Godfroid, qui avait mené à bien une réforme interne des structures. Trois années marquées successivement par la "démission du gouvernement wallon, la crise du Fipronil, la réforme insatisfaisante de l'impôt des sociétés, l'accord social interprofessionnel 2019-2020, les élections de mai 2019, la constitution des gouvernements régionaux, la crise fédérale et, enfin, la catastrophe économique suite à la pandémie du Covid- 19", rappelle l'UCM. Au cours des quatre prochaines années, le président de l'UCM continuera à "plaider la cause des indépendants et PME auprès de chaque responsable (politique, NDLR) avec le même esprit critique."Pierre-Frédéric Nyst, 52 ans, est avocat aux barreaux de Namur et du Luxembourg, spécialisé en fiscalité et droit des affaires. En tant que président de l'UCM, il siège au Groupe des 10, l'un des principaux organes de concertation sociale en Belgique.