Selon pharma.be, il est discriminatoire de demander le remboursement des dépassements du budget des médicaments aux seules sociétés pharmaceutiques innovantes. Cette mesure transforme la "taxe clawback" existante, soit la contribution fixe du secteur pharmaceutique en cas de dépassement budgétaire, en une "lourde taxe supplémentaire sur l'innovation", considère la fédération sectorielle.

"Avec une telle mesure, la renommée de la Belgique en tant que 'vallée pharmaceutique' est en jeu", souligne Karel Van De Sompel, président de pharma.be. "Alors que le monde entier se tourne vers les entreprises innovantes et attend qu'elles développent des vaccins et des traitements pour lutter contre la pandémie mondiale, ces mêmes entreprises vont être davantage imposées, tandis que la contribution d'autres diminuera."

Selon la fédération, la mesure aura "un impact sérieux" sur les activités du secteur, tant pour les petites entreprises de biotechnologie que pour les moyens et grands sites biopharmaceutiques.

Selon pharma.be, il est discriminatoire de demander le remboursement des dépassements du budget des médicaments aux seules sociétés pharmaceutiques innovantes. Cette mesure transforme la "taxe clawback" existante, soit la contribution fixe du secteur pharmaceutique en cas de dépassement budgétaire, en une "lourde taxe supplémentaire sur l'innovation", considère la fédération sectorielle. "Avec une telle mesure, la renommée de la Belgique en tant que 'vallée pharmaceutique' est en jeu", souligne Karel Van De Sompel, président de pharma.be. "Alors que le monde entier se tourne vers les entreprises innovantes et attend qu'elles développent des vaccins et des traitements pour lutter contre la pandémie mondiale, ces mêmes entreprises vont être davantage imposées, tandis que la contribution d'autres diminuera." Selon la fédération, la mesure aura "un impact sérieux" sur les activités du secteur, tant pour les petites entreprises de biotechnologie que pour les moyens et grands sites biopharmaceutiques.