Le bénéfice net part du groupe est ressorti à 31 millions d'euros, en étant affecté par un fort recul des ventes lié aux fermetures de ses magasins dans le sillage de la pandémie du nouveau coronavirus.

Cette performance est nettement inférieure aux attentes du consensus interrogé par Factset, qui tablait sur un bénéfice de 177 millions d'euros.

En raison des incertitudes du moment, liées à la durée de fermeture de ses magasins, le groupe d'Herzogenaurach indique qu'il ne "peut toujours pas donner de perspectives (de résultats) incluant les effets pour l'année 2020 complète", selon un communiqué.

De janvier à mars, le chiffre d'affaires a reculé de 19% sur un an, à 4,75 milliards d'euros, la marque phare Adidas ayant reculé de 20%, plus que sa petite soeur américaine Reebok (-12%).

Pour la période d'avril à juin, le groupe s'attend désormais à ce que les ventes à taux de change constant soient "inférieures de plus de 40%" à celles du deuxième trimestre de 2019 de l'exercice et à un "résultat d'exploitation négatif".

Adidas a été au centre d'une polémique après avoir annoncé renoncer au paiement des loyers de ses magasins fermés du fait des restrictions. Face au tollé, il a finalement fait machine arrière.

Le bénéfice net part du groupe est ressorti à 31 millions d'euros, en étant affecté par un fort recul des ventes lié aux fermetures de ses magasins dans le sillage de la pandémie du nouveau coronavirus. Cette performance est nettement inférieure aux attentes du consensus interrogé par Factset, qui tablait sur un bénéfice de 177 millions d'euros. En raison des incertitudes du moment, liées à la durée de fermeture de ses magasins, le groupe d'Herzogenaurach indique qu'il ne "peut toujours pas donner de perspectives (de résultats) incluant les effets pour l'année 2020 complète", selon un communiqué. De janvier à mars, le chiffre d'affaires a reculé de 19% sur un an, à 4,75 milliards d'euros, la marque phare Adidas ayant reculé de 20%, plus que sa petite soeur américaine Reebok (-12%). Pour la période d'avril à juin, le groupe s'attend désormais à ce que les ventes à taux de change constant soient "inférieures de plus de 40%" à celles du deuxième trimestre de 2019 de l'exercice et à un "résultat d'exploitation négatif". Adidas a été au centre d'une polémique après avoir annoncé renoncer au paiement des loyers de ses magasins fermés du fait des restrictions. Face au tollé, il a finalement fait machine arrière.