"D'un côté, le groupe atteint des records", a déclaré Daniela Cavallo lors d'une réunion en ligne des employés. "Mais en même temps, la marque Volkswagen et notre site historique de Wolfsburg traversent une grave crise."

"Aucune usine n'a autant souffert du manque de puces que Wolfsburg", car les modèles électriques fabriqués dans l'usine de Zwickau (est) et les marques plus profitables Porsche et Audi ont eu "la priorité", a-t-elle affirmé.

"Si nous avions eu assez de semi-conducteurs, nous aurions pu fabriquer 330.000 voitures de plus", a estimé Mme Cavallo alors que la production a plafonné à près de 400.000 unités en 2021.

Siège social du constructeur allemand et l'une des plus grandes usines automobiles du monde, Wolfsburg (nord), d'où sortent notamment les Golf, ne produit pour l'instant aucun modèle électrique, coeur de la réorientation du groupe.

Incontournables dans les objets du quotidien comme l'automobile ou les téléphones mobiles, les semi-conducteurs font l'objet d'une pénurie mondiale depuis près de trois ans.

Ce déséquilibre entre demande et offre a particulièrement touché l'industrie automobile, poumon de l'économie allemande, et la situation ne devrait s'améliorer que progressivement en 2022.

Le groupe allemand Bosch, premier équipementier automobile mondial, espère un retour à la normale en 2023.

"Nous affrontons un des plus grands défis des dernières années", a jugé Mme Cavallo.

Cette année, l'usine de Wolfsburg doit produire 570.000 unités.

Volkswagen compte y supprimer à partir de la mi-avril presque toute la fabrication de nuit en raison du manque de composants.

"D'un côté, le groupe atteint des records", a déclaré Daniela Cavallo lors d'une réunion en ligne des employés. "Mais en même temps, la marque Volkswagen et notre site historique de Wolfsburg traversent une grave crise." "Aucune usine n'a autant souffert du manque de puces que Wolfsburg", car les modèles électriques fabriqués dans l'usine de Zwickau (est) et les marques plus profitables Porsche et Audi ont eu "la priorité", a-t-elle affirmé. "Si nous avions eu assez de semi-conducteurs, nous aurions pu fabriquer 330.000 voitures de plus", a estimé Mme Cavallo alors que la production a plafonné à près de 400.000 unités en 2021. Siège social du constructeur allemand et l'une des plus grandes usines automobiles du monde, Wolfsburg (nord), d'où sortent notamment les Golf, ne produit pour l'instant aucun modèle électrique, coeur de la réorientation du groupe. Incontournables dans les objets du quotidien comme l'automobile ou les téléphones mobiles, les semi-conducteurs font l'objet d'une pénurie mondiale depuis près de trois ans. Ce déséquilibre entre demande et offre a particulièrement touché l'industrie automobile, poumon de l'économie allemande, et la situation ne devrait s'améliorer que progressivement en 2022. Le groupe allemand Bosch, premier équipementier automobile mondial, espère un retour à la normale en 2023. "Nous affrontons un des plus grands défis des dernières années", a jugé Mme Cavallo. Cette année, l'usine de Wolfsburg doit produire 570.000 unités. Volkswagen compte y supprimer à partir de la mi-avril presque toute la fabrication de nuit en raison du manque de composants.