Cette décision fait suite à une annonce des autorités de la concurrence en Allemagne selon laquelle un éventuel feu vert à l'acquisition combinée de Resilux et de la société anglaise Petainer Topco Limited, comme le projetait Bain Capital, nécessiterait un certain temps d'analyse (phase II). Ce qui "rend difficile de poursuivre la transaction dans le contexte de la chronologie requise pour la procédure de sortie de la Bourse", explique le fonds d'investissement dans un communiqué.

Ce retrait de Bain Capital ne reflète pas un changement d'opinions à l'égard des forces de Resilux, ni de Petainer, et ne correspond pas davantage à la découverte d'éléments fâcheux dans le cadre du processus de due diligence préalable à l'acquisition, insiste le fonds d'investissement.

Bain Capital avait annoncé début février vouloir acquérir la société belge Resilux, basée à Wetteren et spécialisée dans la production de bouteilles PET. L'offre, qui s'élevait à 195 euros par action et était soutenue par les actionnaires historiques et le conseil d'administration, devait conduire à une sortie de Bourse pour Resilux.

Cette décision fait suite à une annonce des autorités de la concurrence en Allemagne selon laquelle un éventuel feu vert à l'acquisition combinée de Resilux et de la société anglaise Petainer Topco Limited, comme le projetait Bain Capital, nécessiterait un certain temps d'analyse (phase II). Ce qui "rend difficile de poursuivre la transaction dans le contexte de la chronologie requise pour la procédure de sortie de la Bourse", explique le fonds d'investissement dans un communiqué. Ce retrait de Bain Capital ne reflète pas un changement d'opinions à l'égard des forces de Resilux, ni de Petainer, et ne correspond pas davantage à la découverte d'éléments fâcheux dans le cadre du processus de due diligence préalable à l'acquisition, insiste le fonds d'investissement. Bain Capital avait annoncé début février vouloir acquérir la société belge Resilux, basée à Wetteren et spécialisée dans la production de bouteilles PET. L'offre, qui s'élevait à 195 euros par action et était soutenue par les actionnaires historiques et le conseil d'administration, devait conduire à une sortie de Bourse pour Resilux.