En juin dernier, le ministre des Télécoms Alexander De Croo (Open Vld) annonçait l'ouverture du marché à une nouvel entrant, ce qui faisait plonger les cours de Bourse de Proximus, Orange et Telenet. Depuis lors, ils retrouvent lentement des couleurs.
...

En juin dernier, le ministre des Télécoms Alexander De Croo (Open Vld) annonçait l'ouverture du marché à une nouvel entrant, ce qui faisait plonger les cours de Bourse de Proximus, Orange et Telenet. Depuis lors, ils retrouvent lentement des couleurs. Le ministre compte profiter de la prochaine mise aux enchères de nouvelles licences mobiles, notamment dans la 5G, pour ouvrir la porte à un quatrième opérateur. L'idée : secouer le marché et tirer les prix vers le bas. Un opérateur mystère a marqué son intérêt auprès de l'IBPT, le gendarme des télécoms. D'après JP Morgan, il y a cependant peu de chances que cet intérêt se concrétise. Les analystes pointent les difficultés matérielles et financières d'une telle opération. Un nouvel entrant devra évidemment ouvrir son portefeuille pour acquérir les fameuses licences mobiles. Il sera également contraint de déployer rapidement un réseau atteignant un taux de couverture de 20 %, avant de pouvoir utiliser l'infrastructure existante des opérateurs en place. Ce déploiement suppose l'installation de plusieurs centaines d'antennes, soumises à des permis d'urbanisme que toutes les communes ne sont pas prêtes à accorder d'un claquement de doigts. Un nouvel entrant devra ensuite exploiter et entretenir son réseau, puis commercialiser des offres mobiles à prix plancher pour rafler des clients à la concurrence. Toutes ces embûches qui se dressent sur la route d'un quatrième opérateur pourraient hypothéquer ses perspectives de rentabilité. Surtout sur un marché aussi restreint que la Belgique.