L'entreprise, qui prévoyait de lever près d'un milliard de dollars, en a finalement levé 1,2 milliard suite à l'émission d'un nombre supplémentaire d'actions, a indiqué le groupe dans un communiqué annonçant la clôture de cette offre publique initiale (IPO).

Avant l'IPO, le groupe ne pensait même lever que 500 millions de dollars dans ses premières estimations.

Alors que son prix d'introduction avait été fixé à 30 dollars par action, le titre de l'entreprise s'échangeait à 48 dollars à la fermeture mardi. A ce cours, Ozon vaut actuellement près de 10 milliards de dollars sur la place new-yorkaise.

Ozon avait initialement prévu d'introduire 30 millions d'actions, avant d'en ajouter 4,95 millions supplémentaires.

Seule une poignée d'entreprises russes se sont lancées sur des Bourses internationales ces dernières années, le climat leur étant défavorable depuis l'introduction en 2014 de sanctions occidentales contre Moscou suite à l'annexion de la Crimée.

Les principaux actionnaires d'Ozon restent AFK Sistema et Baring Vostok, mais leurs parts passent d'environ 45% chacun à 33%. Les nouveaux investisseurs entrés au capital lors de l'IPO représentent désormais 18,2%.

Ozon a indiqué précédemment ne pas prévoir de versement de dividendes dans un premier temps, le groupe préférant investir pour financer sa croissance, exponentielle ces dernières années.

Au premier semestre, ses ventes ont augmenté de 152% sur un an, à 77,4 milliards de roubles (841 millions d'euros), l'entreprise ayant notamment profité des mesures de confinement prises pour lutter contre le coronavirus. Elle comptait 11,4 millions de clients "actifs" fin septembre.

L'"Amazon russe" a, comme le géant américain, démarré à la fin des années 1990 en vendant des livres et fait désormais partie du trio de tête de l'e-commerce russe.

L'entreprise, qui prévoyait de lever près d'un milliard de dollars, en a finalement levé 1,2 milliard suite à l'émission d'un nombre supplémentaire d'actions, a indiqué le groupe dans un communiqué annonçant la clôture de cette offre publique initiale (IPO). Avant l'IPO, le groupe ne pensait même lever que 500 millions de dollars dans ses premières estimations. Alors que son prix d'introduction avait été fixé à 30 dollars par action, le titre de l'entreprise s'échangeait à 48 dollars à la fermeture mardi. A ce cours, Ozon vaut actuellement près de 10 milliards de dollars sur la place new-yorkaise. Ozon avait initialement prévu d'introduire 30 millions d'actions, avant d'en ajouter 4,95 millions supplémentaires. Seule une poignée d'entreprises russes se sont lancées sur des Bourses internationales ces dernières années, le climat leur étant défavorable depuis l'introduction en 2014 de sanctions occidentales contre Moscou suite à l'annexion de la Crimée. Les principaux actionnaires d'Ozon restent AFK Sistema et Baring Vostok, mais leurs parts passent d'environ 45% chacun à 33%. Les nouveaux investisseurs entrés au capital lors de l'IPO représentent désormais 18,2%. Ozon a indiqué précédemment ne pas prévoir de versement de dividendes dans un premier temps, le groupe préférant investir pour financer sa croissance, exponentielle ces dernières années. Au premier semestre, ses ventes ont augmenté de 152% sur un an, à 77,4 milliards de roubles (841 millions d'euros), l'entreprise ayant notamment profité des mesures de confinement prises pour lutter contre le coronavirus. Elle comptait 11,4 millions de clients "actifs" fin septembre. L'"Amazon russe" a, comme le géant américain, démarré à la fin des années 1990 en vendant des livres et fait désormais partie du trio de tête de l'e-commerce russe.