Orange a conclu mardi un accord pour cette acquisition "sur la base d'une valeur d'entreprise de 515 millions d'euros", selon un communiqué du groupe.

Basé aux Pays-Bas, SecureLink est un fournisseur de services de sécurité informatique qui compte plus de 660 salariés et 14 bureaux, avec une présence locale dans le nord de l'Europe (Suède, Danemark, Norvège, Finlande, Allemagne, Belgique, Royaume-Uni).

Il a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 248,3 millions d'euros et un excédent brut d'exploitation (Ebitda) de 9,4%, selon ses résultats non audités publiés le 28 février dernier.

Avec cette acquisition, Orange, qui s'affiche déjà comme leader sur le marché français de la cybersécurité, double presque sa taille dans cette activité qui lui a permis d'engranger un chiffre d'affaires de 303 millions d'euros l'an dernier, en hausse de 12% par rapport à 2017.

A ses clients, SecureLink offre une gamme de services comprenant du conseil en sécurité, de la maintenance et de l'assistance 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, ainsi que des solutions matérielles et logicielles de sécurité.

"L'acquisition de SecureLink représente une accélération considérable dans la stratégie d'Orange de devenir un leader paneuropéen des services de cybersécurité", selon l'opérateur français.

Le portefeuille de SecureLink compte plus de 2.100 clients.

Orange affirme que la nouvelle organisation qu'elle possédera suite à cette acquisition dans le domaine de la cybersécurité lui permettra de "tirer parti de l'expertise et de la présence d'Orange Business Services à l'échelle mondiale qui compte plus de 3.000 multinationales clientes".

Fondé en 2003, SecureLink avait été racheté en décembre 2015 par le fonds bahreïni Investcorp, qui gère plus de 22 milliards de dollars d'actifs.