La transaction comprend les activités d'Ontex au Mexique et les exportations connexes vers les marchés régionaux, ainsi que son usine de fabrication à Puebla, au Mexique. Celle de Tijuana reste par contre dans le portefeuille d'Ontex, car elle fait partie intégrante de la chaîne d'approvisionnement nord-américaine de l'entreprise belge.

Softys est une filiale du groupe Empresas, dont le siège est au Chili.

L'opération s'inscrit dans la nouvelle stratégie d'Ontex, annoncée en décembre dernier, qui consiste à se concentrer sur ses marques partenaires et ses activités de santé, et par conséquent à explorer des alternatives stratégiques pour ses activités de marque sur les marchés émergents, rappelle l'entreprise.

Transaction d'ici 2023

"Cette cession représente une étape majeure dans notre stratégie de remodelage de notre portefeuille", abonde d'ailleurs Esther Berrozpe Galindo, la CEO d'Ontex. "Le produit de la vente contribuera à réduire notre dette nette et à renforcer notre bilan. Je suis convaincu que Softys, avec ses 40 ans d'expérience sur le marché de l'hygiène personnelle en Amérique latine, est bien placée pour faire progresser l'activité."

L'entreprise vendue développe, fabrique et distribue des couches pour bébés, des culottes pour bébés, des couches pour adultes et des produits d'hygiène féminine. Elle compte environ 1.300 collaborateurs.

La transaction devrait être conclue d'ici début 2023, espèrent Ontex et Softys.

Ontex a par ailleurs clôturé son premier semestre 2022 avec un chiffre d'affaires global de 1,152 milliard d'euros, en hausse de 15%. Le bénéfice opérationnel (EBITDA), s'est lui élevé à 49 millions d'euros, en baisse de 51% par rapport à l'année précédente. L'inflation "sans précédent" des coûts a continué à avoir un impact négatif, malgré les économies réalisées.

Le chiffre d'affaires et la marge d'EBITDA récurrent devraient cependant augmenter progressivement au cours du second semestre, grâce à la poursuite de l'amélioration de l'efficacité énergétique, prédit Ontex.

La transaction comprend les activités d'Ontex au Mexique et les exportations connexes vers les marchés régionaux, ainsi que son usine de fabrication à Puebla, au Mexique. Celle de Tijuana reste par contre dans le portefeuille d'Ontex, car elle fait partie intégrante de la chaîne d'approvisionnement nord-américaine de l'entreprise belge. Softys est une filiale du groupe Empresas, dont le siège est au Chili. L'opération s'inscrit dans la nouvelle stratégie d'Ontex, annoncée en décembre dernier, qui consiste à se concentrer sur ses marques partenaires et ses activités de santé, et par conséquent à explorer des alternatives stratégiques pour ses activités de marque sur les marchés émergents, rappelle l'entreprise."Cette cession représente une étape majeure dans notre stratégie de remodelage de notre portefeuille", abonde d'ailleurs Esther Berrozpe Galindo, la CEO d'Ontex. "Le produit de la vente contribuera à réduire notre dette nette et à renforcer notre bilan. Je suis convaincu que Softys, avec ses 40 ans d'expérience sur le marché de l'hygiène personnelle en Amérique latine, est bien placée pour faire progresser l'activité." L'entreprise vendue développe, fabrique et distribue des couches pour bébés, des culottes pour bébés, des couches pour adultes et des produits d'hygiène féminine. Elle compte environ 1.300 collaborateurs. La transaction devrait être conclue d'ici début 2023, espèrent Ontex et Softys.Ontex a par ailleurs clôturé son premier semestre 2022 avec un chiffre d'affaires global de 1,152 milliard d'euros, en hausse de 15%. Le bénéfice opérationnel (EBITDA), s'est lui élevé à 49 millions d'euros, en baisse de 51% par rapport à l'année précédente. L'inflation "sans précédent" des coûts a continué à avoir un impact négatif, malgré les économies réalisées.Le chiffre d'affaires et la marge d'EBITDA récurrent devraient cependant augmenter progressivement au cours du second semestre, grâce à la poursuite de l'amélioration de l'efficacité énergétique, prédit Ontex.