Onno van de Stolpe (62 ans) est rayonnant lorsqu'il nous fait visiter son impressionnante ferme-château dans le village wallon de Falaën. Il a acheté le bâtiment délabré en 2019 et depuis lors il est occupé à le restaurer. "Le village est très heureux que nous soyons assez fous pour faire cela", dit-il en souriant. Bientôt, il pourra se concentrer davantage sur sa résidence de la province de Namur en mettant fin à sa carrière au sommet. Onno van de Stolpe est devenu le Trends Manager de l'année 2019, après avoir conclu un accord d'un milliard de dollars avec la société américaine Gilead et avoir commercialisé le Filgotinib, un médicament rhumatologique, sous le nom de marque Jyseleca. Galapagos valait alors 15 milliards d'euros en Bourse. Mais l'agence américaine du médicament FDA (Food and Drug Administration) est intervenue et le développement de la molécule prometteuse ziritaxestat, contre la maladie pulmonaire IPF, ainsi qu'un médicament contre l'arthrose du genou, ont dû être arrêtés. De plus, les premiers résultats de Toledo, un nouveau mécanisme d'action pour les médicaments contre les maladies inflammatoires, ont été décevants.
...

Onno van de Stolpe (62 ans) est rayonnant lorsqu'il nous fait visiter son impressionnante ferme-château dans le village wallon de Falaën. Il a acheté le bâtiment délabré en 2019 et depuis lors il est occupé à le restaurer. "Le village est très heureux que nous soyons assez fous pour faire cela", dit-il en souriant. Bientôt, il pourra se concentrer davantage sur sa résidence de la province de Namur en mettant fin à sa carrière au sommet. Onno van de Stolpe est devenu le Trends Manager de l'année 2019, après avoir conclu un accord d'un milliard de dollars avec la société américaine Gilead et avoir commercialisé le Filgotinib, un médicament rhumatologique, sous le nom de marque Jyseleca. Galapagos valait alors 15 milliards d'euros en Bourse. Mais l'agence américaine du médicament FDA (Food and Drug Administration) est intervenue et le développement de la molécule prometteuse ziritaxestat, contre la maladie pulmonaire IPF, ainsi qu'un médicament contre l'arthrose du genou, ont dû être arrêtés. De plus, les premiers résultats de Toledo, un nouveau mécanisme d'action pour les médicaments contre les maladies inflammatoires, ont été décevants."L'année a été extrêmement difficile", déclare M. Van de Stolpe. "Qui aurait pensé qu'il y aurait autant de moments négatifs les uns après les autres? Il est dès lors difficile de rester positif et optimiste." Ces revers ont entraîné une forte baisse du cours de l'action et ont entamé le prestige dont jouissait van de Stolpe auprès des investisseurs. "Galapagos a besoin de toute urgence d'un nouveau leadership, d'un nouvel élan pour se reconstruire."Vous êtes impatient de faire vos adieux ?ONNO VAN DE STOLPE. "Oui, énormément. Parce que c'est une période tellement désagréable pour l'organisation. Dès que vous annoncez, en tant que PDG, que vous allez prendre votre retraite, votre équipe de direction devient inopérante. Bien entendu, le conseil d'administration ne va plus approuver de décisions stratégiques sans savoir qui est le nouveau PDG. À cet égard, il aurait été préférable d'effectuer la recherche en premier et d'immédiatement pouvoir introduire un successeur. Mais par crainte d'une fuite, le conseil a choisi de ne pas le faire."Quel regard portez-vous sur la période écoulée ?VAN DE STOLPE. "Nous avons connu pas mal de déboires. Nous les avons examinés en profondeur, avec des experts externes, pour voir si nous pouvions en tirer des leçons, pour voir si nous avions pris un mauvais virage à un moment. Mais tout n'est pas noir ou blanc. J'ai peut-être été un peu naïf et optimiste en pensant que nous pourrions résoudre des maladies majeures comme l'arthrose et la fibrose pulmonaire grâce à nos recherches. Pendant les tests sur les animaux, tout semblait spectaculaire, mais il s'est avéré que c'était plus complexe chez l'homme. Peut-être sommes-nous allés trop vite. Mais en biotechnologie, tout le monde souffre du fait que presque tout échoue, et si quelque chose n'échoue pas, une sorte de pensée positive se développe autour d'un tel projet. Le terme "vision étroite" est un peu fort, mais tout le monde a envie que le projet réussisse et avance. En tant qu'entreprise publique, vous avez besoin d'un flux continu de nouvelles. Vous avez également la période de validité du brevet qui s'amenuise, et donc vous voulez arriver rapidement sur le marché. C'est peut-être pour cela qu'il n'y a pas assez de critiques qui se lèvent pendant ce processus, et on peut se demander rétrospectivement si nous, en tant qu'organisation, nous avons été assez critiques."Il s'en est fallu de peu pour le filgotinib. Les États-Unis ont dit non, mais l'Europe et le Japon l'ont approuvé?VAN DE STOLPE. "Le filgotinib est vraiment un super médicament. Il est bien accueilli en Europe et a été approuvé au Japon. Nous sommes juste malchanceux. La Food and Drug Administration (FDA, l'Agence fédérale américaine des produits alimentaires et médicamenteux) par contre n'a pas approuvé le mécanisme d'action des inhibiteurs dits de JAK, donc non seulement le filgotinib, mais aussi les médicaments d'AbbVie, Eli Lilly et Pfizer. Mais le vrai coup de massue a été le ziritaxestat. Le fait que nous n'ayons pas vu l'efficacité que nous, et tous les autres, attendions a été un coup dur."Que réserve l'avenir à Galapagos ?VAN DE STOLPE. "J'ai toute confiance en cette entreprise. Elle dispose d'une organisation solide. Il y a de l'argent et elle est indépendante. L'accord avec Gilead a encore sept ans et demi à courir. Il y a des spéculations selon lesquelles Gilead prendra la relève après mon départ. Mais je ne vois pas cela comme cela. Le nouveau PDG ne va pas dire : mettons les choses au point avec Gilead. Sinon pourquoi vouloir devenir PDG ?"Ce qu'il faut faire au plus vite, c'est renforcer la proposition commerciale avec des produits supplémentaires. Nous avons également une surcapacité en matière de développement. Cette machine a donc besoin d'être alimentée. Le filgotinib, seul, ne suffit pas à couvrir tous vos frais généraux. Le filgotinib montre également à quel point le développement d'un médicament dépend de sa réussite sur le marché américain. Les actions de la société se sont effondrées à la suite de la décision de la FDA, car la quasi-totalité des bénéfices d'un médicament, plus de 80 %, est réalisée sur le marché américain. Ce système n'est pas viable à long terme. En Europe, ils essaient seulement de faire baisser le prix et de retarder l'approbation. À un moment donné, les producteurs se diront : oubliez l'Europe, concentrons-nous sur les États-Unis, car là-bas, vous obtenez un bien meilleur retour sur votre investissement.Quelles sont vos dépenses?VAN DE STOLPE. "Cette année quelque 550 millions d'euros, l'année prochaine heureusement un peu moins. Mais ce sont des montants énormes. C'est dû principalement à la mise en place de l'organisation commerciale, qui est très coûteuse. Nous avons des centaines de personnes en Europe qui génèrent actuellement très peu de chiffre d'affaires. Le filgotinib deviendra rentable en Europe, mais en raison des coûts de recherche, nous aurons encore à puiser dans notre trésorerie même en 2024, lorsque le filgotinib deviendra rentable."Galapagos va construire un nouveau siège à Malines, non ?VAN DE STOLPE. "Les plans pour ce très grand bâtiment sont en attente. Nous avons presque commencé, mais ce n'est plus opportun et nous travaillons sur d'autres plans, à plus petite échelle. C'est une décision que le nouveau PDG devra finaliser, mais nous devrons de toute façon trouver un nouveau siège. Je m'attends donc à ce qu'il soit construit à Malines tout simplement."Vous avez déjà été jugé sur votre approche ?VAN DE STOLPE. "C'est moi qui ai instauré cette culture du "on y va". Nous étions des casse-cous. Nous n'avions pas peur des maladies et de la biologie compliquée. J'avais aussi des chercheurs qui m'ont convaincu qu'il y avait de bonnes chances que cela fonctionne. Je ne suis pas un scientifique pur et dur, alors je me fie beaucoup aux personnes qui m'entourent. Cela a toujours été mon style de leadership : donner beaucoup de responsabilités, mais aussi transmettre de l'enthousiasme, et ne pas tourner en rond. Il s'avère que dans certains cas, cela ne s'est pas bien passé."Beaucoup de choses t'arrivent alors. Je le comprends aussi, car je suis assez audacieux dans mes déclarations. Si les choses tournent mal, vous pouvez vous attendre à un retour de bâton. Cela ne me dérange pas tant que votre intégrité personnelle n'est pas remise en question. C'est ce qui s'est produit, notamment dans un certain nombre d'articles désagréables aux Pays-Bas. Bien sûr, je comprends qu'un petit investisseur, qui a perdu de l'argent, fasse un virage à 180 degrés : d'Onno for president à voleur à la tire. D'autres que je ne comprends pas : par exemple, j'ai reçu une lettre d'un gestionnaire de fonds aux Pays-Bas, qui avait acheté des actions à la fois pour son fonds et à titre privé. Lorsque les actions ont chuté, après la décision de la FDA, il a voulu être entièrement indemnisé. Il m'a donné son numéro de compte et m'a demandé de transférer 850.000 euros. Mais de quelle planète vient ce type ? Personne ici n'a jamais dit que nous obtiendrions définitivement l'approbation. Mais j'ai reçu le soutien de l'industrie. Beaucoup pensent que j'ai porté la biotechnologie du Benelux à un niveau supérieur. Voir grand est devenu la norme pour certains. Regarde Argenx."Dans la biotechnologie, quand les choses tournent mal, vous passez rapidement du héros au zéro. La biotechnologie traite-t-elle ses "enfants" de manière trop négative ?VAN DE STOLPE. "La biotechnologie est simplement une histoire d'énormes succès et d'énormes échecs. Le filgotinib est un bon exemple de réussite, avec des données et d'énormes contrats. Tout se passait bien et quand finalement la FDA dit non, l'histoire s'effondre comme un soufflé. Vous redevenez alors cette entreprise déficitaire et, très vite, il ne reste plus grand-chose. Il n'existe aucun secteur d'activité où un seul produit peut créer autant de valeur. Vous l'avez vu avec Galapagos et nous le voyons maintenant avec Argenx, qui peut encore prendre beaucoup plus de valeur. Son PDG, Tim Van Hauwermeiren, est, aujourd'hui et à juste titre, une personne célèbre, tout comme je l'étais avant."Comment prenez-vous la critique ?VAN DE STOLPE. "Je ne pense pas être devenu une personne différente, et mes amis ne pensent pas non plus que je sois devenu une personne différente au cours des années où Galapagos a été mis en place. J'étais audacieux, mais je ne suis pas devenu arrogant. Lorsque les choses allaient mal, je n'ai pas à changer d'attitude. Je suis le même Onno que j'étais quand tout allait bien. J'ai aussi toujours réalisé que la différence entre le succès et l'échec est très mince. Lorsque j'ai dit que nous pourrions devenir plus gros que Philips, les gens oublient toujours la deuxième partie de la phrase, qui est 'si nous obtenons l'approbation des trois médicaments'".Est-ce difficile pour vous de relativiser ?VAN DE STOLPE. "Oui. Je pense que le rêve ne s'est pas tout à fait réalisé. Ce n'est pas le tableau complet. Je voulais laisser Galapagos dans une situation où l'entreprise serait rentable et autosuffisante très rapidement. Mais il ne s'agit pas d'une entreprise comme UCB, qui tire des revenus de médicaments existants et qui peut investir massivement dans la recherche et le développement. Nous n'y sommes pas parvenus, et c'est assez difficile. Alors que les gens autour de moi disent : "Super, vous avez créé une entreprise avec près de 5 milliards de dollars en banque, conclu la plus grosse affaire de l'histoire de la biotechnologie, et vous avez un médicament sur le marché". Bien sûr, notre trésorerie est fantastique, mais nous avons ce taux d'absorption très élevé et cela me met mal à l'aise. Cela ne me pèse pas au point de me déprimer ou de me rendre moins joyeux dans la vie, mais je suis devenu moins fier de cette histoire."Quel conseil donneriez-vous aux jeunes entrepreneurs et PDG dans le domaine de la biotechnologie ?VAN DE STOLPE. "Je ne change pas : pensez grand ! C'est crucial dans notre secteur. Les PDG et les entreprises en Europe restent trop souvent trop petits. On en voit beaucoup qui ont dix à quinze employés, qui reçoivent quelques subventions au compte-gouttes, venant de business angels et peut-être un peu de capital-risque. Mais on ne développe pas un nouveau médicament avec dix à quinze personnes et 50 millions d'euros. Il n'y a qu'un seul moyen de réussir dans ce secteur, et c'est de mettre des médicaments sur le marché. Cela nécessite plusieurs centaines de millions d'investissements. Seulement, si vous échouez alors, c'est lourd."Tim Van Hauwermeiren a écouté très attentivement, n'est-ce pas ?VAN DE STOLPE. "C'est ce qu'il dit. Il a évolué de manière fantastique ces dernières années, car il n'était pas un leader stratégique de naissance. Il l'est maintenant."Instiller l'attitude "think big" en Flandre ne peut pas faire de mal non plus.VAN DE STOLPE. "Non, parce que c'est quelque chose qui n'est pas vraiment dans votre ADN. La modestie c'est bien beau, mais elle n'est d'aucune utilité dans notre secteur. Vous avez besoin de grands discours pour être sous les feux de la rampe et pour convaincre les investisseurs. Les Américains sont passés maîtres dans l'art de se vendre, dans ce qu'on appelle l' "elevator pitch" (une très courte présentation de soi, ndlr). Par rapport au reste de l'Europe, les Néerlandais ne sont pas mauvais dans ce domaine. Cela aurait-il fait une différence si Galapagos avait été fondé aux États-Unis ?VAN DE STOLPE. "Une grande différence. Nous aurions pu grandir plus vite. Pendant longtemps, nous avons dû nous contenter de ce que nous avions. Je cherchais toujours à savoir comment nous pourrions financer les choses. Il n'y avait pas beaucoup de possibilités. Notre introduction en bourse, sur Euronext, a rapporté 22 millions d'euros. Un tour de table de capital-risque a apporté 22 millions supplémentaires. Mais cela ne vous mène pas très loin. J'ai donc dû faire d'autres choses, comme créer une division "services", pour avoir des liquidités. Nos alliances avec les grandes entreprises pharmaceutiques nous ont permis de gagner beaucoup d'argent, mais elles ont aussi considérablement ralenti nos programmes."Mais des histoires comme Genmab, Ablynx, Argenx ou Galapagos ne seraient pas déplacées en Amérique. Il est remarquable de constater que toutes ces entreprises sont originaires du Benelux. Et il est quelque peu décevant de voir le peu de successeurs actuellement. Il devrait y avoir un certain nombre de nouvelles entreprises comme Galapagos et Argenx à l'heure actuelle. Or, il n'y en a pas."Est-ce dû à l'absence de bons PDG ?VAN DE STOLPE. "Oui. Je l'ai vu assez souvent, par exemple des professeurs qui restent à l'université à mi-temps et qui exercent une activité commerciale à côté. Je n'ai jamais compris cela. Vous devez travailler 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Mais ils pensent que c'est trop effrayant de sauter le pas. En Europe, nous sommes frileux, et encore plus dans un secteur comme la biotechnologie où la gloire et la célébrité peuvent rapidement s'évaporer."Investissez-vous vous-même dans les biotechnologies ?VAN DE STOLPE. "Rien de spectaculaire. J'ai investi un peu dans Leyden Labs, et dans deux autres petites entreprises. Mais je ne me vois pas comme un business angel. Je n'ai pas la volonté de m'investir suffisamment pour vraiment comprendre ce que font ces entreprises."Souhaitez-vous devenir directeur dans de jeunes entreprises de biotechnologie ou dans une organisation sectorielle ?VAN DE STOLPE. "Je ne vais pas meubler ma période post-Galapagos avec des sièges dans des conseils d'administration. Ce n'est pas mon truc. En fin de compte, vous n'êtes pas vous-même aux commandes. Je siège seulement au conseil d'administration de Leyden Labs. Elle a été fondée par Dinko Valerio, mon ancien patron chez Crucell. Ils ont déjà levé une énorme somme d'argent et disposent d'une technologie spectaculaire pour se protéger des virus via un spray nasal."Alors, que faites-vous ?VAN DE STOLPE. "Je me retrousse les manches. Pendant mon temps libre, je travaille toujours ici. Pendant le premier confinement, je me suis aussi retiré ici. Entre deux réunions Zoom, je forais le béton des caves. En fait, je travaille toujours ici, c'est très amusant. Au fait, je veux y vivre de temps à autre."Vous vous sentez une âme de bâtisseur ?VAN DE STOLPE. "J'habite à Leiden, aux Pays-Bas, dans un bel immeuble datant de 1774, mais cette maison est plutôt raffinée. En tant que bricoleur amateur, je ne peux pas me lancer. Cette ferme est mieux adaptée pour y travailler. Par exemple, il y a plus de trente sorties, car elle servait aussi de place fortifiée. Beaucoup d'entre elles ont été murées. J'en suis donc à percer tous ces trous avec le marteau-piqueur."Que prévoyez-vous pour votre avenir?VAN DE STOLPE. "Je soutiens financièrement le projet de conservation African Parks, mais je leur ai dit que je voulais aussi jouer un rôle plus actif en y contribuant vraiment. Tous les parcs ont leur propre gestion et conseil d'administration, et il existe une organisation centrale, African Parks Europe, aux Pays-Bas. Il y a toutes sortes d'opportunités."Comment apportez-vous votre soutien financier ?VAN DE STOLPE. "Je me suis engagé à donner 10 millions d'euros, en cinq tranches annuelles de 2 millions en actions de Galapagos. La chute du cours de l'action a bien sûr des conséquences. Je viens de transférer presque deux fois plus d'actions vers African Parks qu'il y a un an."Pourquoi des parcs africains ?VAN DE STOLPE. "J'ai toujours eu une fascination pour l'Afrique et les parcs animaliers. Je pense qu'en tant qu'être humain, nous devons veiller à ce qu'il y ait des zones en Afrique où les animaux puissent se déplacer autant que possible et ne pas dépendre uniquement des zoos. African Parks est également très ambitieux et compte dix-neuf parcs sur un total de 15 millions d'hectares. C'est cinq fois la Belgique. Et ils veulent passer à trente parcs et 30 millions d'hectares dans les dix prochaines années." Rêvez-vous d'anonymat maintenant ?VAN DE STOLPE. "Un directeur, un bon ami à moi, a pris sa retraite il y a quelques années, mais je dois toujours appeler sa secrétaire trois semaines à l'avance pour avoir un rendez-vous. Il travaille tous les jours. Quand je lui ai demandé pourquoi, il ne pouvait pas vraiment répondre. Je pense que c'est une sorte de désir de ne pas être oublier. Il y a pas mal de gens qui, une fois qu'ils ont renoncé à un poste au plus haut niveau, veulent garder ce pouvoir et rester dans ce monde-là. Il y en a peu qui disent : je vais fermer la porte derrière moi et entrer dans l'anonymat. Eh bien, je pense que moi je peux. Être au centre de l'attention de tous n'a jamais été ma motivation.Finalement quelle est votre plus grande fierté?VAN DE STOLPE. "Le Filgotinib. Si, dans vingt ans, je repense à tout cela, un calvados à la main au coin du feu, je me dirai : j'ai fait un sacré bon travail en offrant un médicament qui a pu aider des patients. Et ce grâce à l'entreprise que j'ai fondée. Et j'ai aimé être PDG. C'était un moment merveilleux."