L'Europe est actuellement la région qui enregistre le plus de cas dans le monde, avec 3.022.868 cas sept derniers jours soit 57% du total mondial, ainsi que le plus de décès, suivie de la zone comprenant les Etats-Unis et le Canada (1.421.516 cas).

La France a notamment franchi samedi, jour de Noël, la barre des 100.000 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures, du jamais vu, alors que le gouvernement doit réévaluer la situation lundi.

Outre les milliers de liaisons aériennes internationales ou intérieures annulées, des dizaines de milliers de vols ont enregistré des retards entre vendredi et dimanche, au grand dam de ceux qui voulaient renouer cette année avec les déplacements pour les fêtes, après un Noël 2020 frappé de plein fouet par la pandémie.

Selon le dernier bilan du site Flightaware, on comptait dimanche près de 2.000 annulations de vols, dont plus de 570 étaient des trajets liés aux Etats-Unis, qu'il s'agisse de liaisons internationales ou internes.

Samedi, le même site avait recensé près de 2.800 annulations de vols, dont 970 étaient des trajets liés aux Etats-Unis. Et vendredi, environ 2.400 annulations et 11.000 retards avaient été recensés selon la même source.

La pandémie a notamment entraîné un manque de personnels navigants. Des pilotes, hôtesses de l'air et d'autres membres du personnel ont dû être mis en quarantaine après avoir été exposés au Covid. Des compagnies comme Lufthansa, Delta, United Airlines, Alaska Airlines, JetBlue ou encore British Airways ont donc été contraintes d'annuler des vols.

"Le pic de cas d'Omicron à travers le pays cette semaine a eu un impact direct sur nos équipages et les personnes qui gèrent nos opérations", a expliqué la compagnie américaine, qui a assuré s'efforcer de trouver des solutions pour les passagers affectés.

Les perturbations devraient se poursuivre ce lundi (au moins 800 vols menacés d'annulations) et mardi (170 à ce stade).

Chutes de neige et de pluie

La météo a aussi joué un rôle dans les perturbations aux Etats-Unis: dans l'Ouest, des tempêtes de neige et des fortes baisses de températures annoncées compliquant encore davantage une situation déjà chaotique.

Durant ce long week-end, les compagnies aériennes chinoises, en particulier China Eastern et Air China, ont à elles seules supprimé plus de 2.000 vols, dont un grand nombre reliant Xi'an, où 13 millions d'habitants sont confinés.

Dans ce pays qui applique depuis l'an passé une "stratégie zéro Covid", la ville de Xi'an a annoncé dimanche une désinfection "totale" et durci les restrictions, au moment où la Chine enregistre un nombre record de contaminations au Covid-19 depuis 21 mois, à quelques semaines des Jeux olympiques de Pékin (4-20 février).

En mer aussi, le coronavirus a frappé des vacanciers. Selon le quotidien Washington Post, plusieurs navires se sont vu refuser l'escale dans plusieurs ports des Caraïbes.

La pandémie de Covid-19 a fait au moins 5.394.775 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre 2019 en Chine, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles dimanche. L'Organisation mondiale de la santé estime que le bilan réel pourrait être deux à trois fois supérieur.

L'Europe est actuellement la région qui enregistre le plus de cas dans le monde, avec 3.022.868 cas sept derniers jours soit 57% du total mondial, ainsi que le plus de décès, suivie de la zone comprenant les Etats-Unis et le Canada (1.421.516 cas).La France a notamment franchi samedi, jour de Noël, la barre des 100.000 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures, du jamais vu, alors que le gouvernement doit réévaluer la situation lundi. Outre les milliers de liaisons aériennes internationales ou intérieures annulées, des dizaines de milliers de vols ont enregistré des retards entre vendredi et dimanche, au grand dam de ceux qui voulaient renouer cette année avec les déplacements pour les fêtes, après un Noël 2020 frappé de plein fouet par la pandémie. Selon le dernier bilan du site Flightaware, on comptait dimanche près de 2.000 annulations de vols, dont plus de 570 étaient des trajets liés aux Etats-Unis, qu'il s'agisse de liaisons internationales ou internes.Samedi, le même site avait recensé près de 2.800 annulations de vols, dont 970 étaient des trajets liés aux Etats-Unis. Et vendredi, environ 2.400 annulations et 11.000 retards avaient été recensés selon la même source. La pandémie a notamment entraîné un manque de personnels navigants. Des pilotes, hôtesses de l'air et d'autres membres du personnel ont dû être mis en quarantaine après avoir été exposés au Covid. Des compagnies comme Lufthansa, Delta, United Airlines, Alaska Airlines, JetBlue ou encore British Airways ont donc été contraintes d'annuler des vols. "Le pic de cas d'Omicron à travers le pays cette semaine a eu un impact direct sur nos équipages et les personnes qui gèrent nos opérations", a expliqué la compagnie américaine, qui a assuré s'efforcer de trouver des solutions pour les passagers affectés. Les perturbations devraient se poursuivre ce lundi (au moins 800 vols menacés d'annulations) et mardi (170 à ce stade).La météo a aussi joué un rôle dans les perturbations aux Etats-Unis: dans l'Ouest, des tempêtes de neige et des fortes baisses de températures annoncées compliquant encore davantage une situation déjà chaotique. Durant ce long week-end, les compagnies aériennes chinoises, en particulier China Eastern et Air China, ont à elles seules supprimé plus de 2.000 vols, dont un grand nombre reliant Xi'an, où 13 millions d'habitants sont confinés. Dans ce pays qui applique depuis l'an passé une "stratégie zéro Covid", la ville de Xi'an a annoncé dimanche une désinfection "totale" et durci les restrictions, au moment où la Chine enregistre un nombre record de contaminations au Covid-19 depuis 21 mois, à quelques semaines des Jeux olympiques de Pékin (4-20 février). En mer aussi, le coronavirus a frappé des vacanciers. Selon le quotidien Washington Post, plusieurs navires se sont vu refuser l'escale dans plusieurs ports des Caraïbes. La pandémie de Covid-19 a fait au moins 5.394.775 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre 2019 en Chine, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles dimanche. L'Organisation mondiale de la santé estime que le bilan réel pourrait être deux à trois fois supérieur.