Entre 1,8 à 2 millions de smartphones sont vendus chaque année en Belgique. "De facto, cela veut dire que 1,8 à 2 millions de smartphones ne sont plus utilisés chaque année, ils sont la plupart du temps rangés dans les tiroirs des propriétaires, estime Geoffroy Van Humbeeck, fondateur de la solution ObyO. Selon nos estimations, environ 85% de ces téléphones sont encore en bon état de marche." C'est là où ObyO, application téléchargeable gratuitement depuis début mai via Google Play et Apple Store, entre en jeu. Elle permet à l'utilisateur d'évaluer la valeur actuelle de son téléphone. Via l'application, l'utilisateur répond à quelques ...

Entre 1,8 à 2 millions de smartphones sont vendus chaque année en Belgique. "De facto, cela veut dire que 1,8 à 2 millions de smartphones ne sont plus utilisés chaque année, ils sont la plupart du temps rangés dans les tiroirs des propriétaires, estime Geoffroy Van Humbeeck, fondateur de la solution ObyO. Selon nos estimations, environ 85% de ces téléphones sont encore en bon état de marche." C'est là où ObyO, application téléchargeable gratuitement depuis début mai via Google Play et Apple Store, entre en jeu. Elle permet à l'utilisateur d'évaluer la valeur actuelle de son téléphone. Via l'application, l'utilisateur répond à quelques questions (marque, date d'achat de l'appareil) et réalise quelques tests (vérification de l'état de la batterie notamment) pour connaître après quelques minutes la valeur du téléphone. Pour donner un ordre d'idée, un smartphone acheté à 1.000 euros il y a deux ans peut être revendu environ 350 euros. Comme l'explique Geffroy Van Humbeeck, en plus de fixer un prix, "ObyO évite un déplacement inutile dans un magasin physique si l'utilisateur estime ne pas vouloir revendre son appareil". Le prix définitif de l'appareil sera ensuite fixé par un conseiller en magasin qui évaluera également la valeur de l'appareil en fonction de critères plus subjectifs comme l'état de la coque ou les éventuelles griffes sur la vitre. A l'heure actuelle, l'utilisateur qui souhaite vendre son téléphone via ObyO peut se rendre dans un des 80 magasins Trafic, tous situés en Wallonie (sauf un en Région de Bruxelles- Capitale, à Evere). Le particulier peut échanger son smartphone contre la valeur du téléphone en bons d'achat dans les magasins Trafic ou se voir rémunéré en cash, pour 80% de la valeur estimée. La revente d'un téléphone en seconde main n'est pas une idée neuve. Là où ObyO tente de se démarquer, c'est en proposant une solution facile et accessible pour les particuliers. C'est d'ailleurs le but de Geoffroy Van Humbeeck: récolter plus de téléphones en seconde main pour les réparer puis les revendre, forcément avec une marge sur l'achat. Geoffroy Van Humbeeck est en effet le concepteur de aSmartWorld, entreprise basée à Genval, spécialisée dans le reconditionnement de téléphones et tablettes. "Un des grands défis de notre entreprise est en effet d'arriver à récupérer ces smartphones. Depuis 2018, lorsque nous avons fondé aSmartWorld, nous travaillions uniquement en B to B, notamment avec Accenture, Sodexo ou encore Infrabel. Chaque collaborateur pouvait déposer son vieux téléphone dans une caisse dans son entreprise. ObyO s'adresse non seulement aux particuliers mais également aux entreprises. Nous pouvons en effet customiser l'application aux couleurs de la société." ObyO s'inscrit comme une nouvelle rampe de lancement pour aSmartWorld. "En 2021, nous avons collecté 7.000 appareils pour un taux de remise en circulation de 35%, le reste passant directement au recyclage. Grâce à l'application ObyO, nous souhaitons récolter plus de téléphones en bon état de fonctionnement et nous visons la commercialisation de 10.000 à 15.000 appareils sur l'année 2022."