La publication des chiffres était prévue le 30 avril, mais ce délai n'était pas tenable pour la société dont le management cherchait de nouveaux capitaux pour permettre à l'entreprise de survivre. La bouée de secours est venue de Trafigura, son actionnaire principal, aux dépens de petits actionnaires. Nyrstar a vu son chiffre d'affaires augmenter l'an passé de 8% pour atteindre 3,812 milliards d'euros. L'ebitda (résultat avant intérêts et impôts) sous-jacent du groupe a diminué de 52% à 99 millions d'euros. L'entreprise a aussi diffusé dimanche soir une déclaration de gestion intermédiaire pour le premier trimestre de cette année. Il en ressort que l'ebitda sous-jacent s'est élevé à 15 millions d'euros au premier trimestre de 2019, une diminution de 49 millions d'euros par rapport au premier trimestre de 2018. La société impute ces performances à la baisse des prix des matières premières, le prix élevé de l'énergie et de faibles volumes de production pour toutes les matières premières. (

La publication des chiffres était prévue le 30 avril, mais ce délai n'était pas tenable pour la société dont le management cherchait de nouveaux capitaux pour permettre à l'entreprise de survivre. La bouée de secours est venue de Trafigura, son actionnaire principal, aux dépens de petits actionnaires. Nyrstar a vu son chiffre d'affaires augmenter l'an passé de 8% pour atteindre 3,812 milliards d'euros. L'ebitda (résultat avant intérêts et impôts) sous-jacent du groupe a diminué de 52% à 99 millions d'euros. L'entreprise a aussi diffusé dimanche soir une déclaration de gestion intermédiaire pour le premier trimestre de cette année. Il en ressort que l'ebitda sous-jacent s'est élevé à 15 millions d'euros au premier trimestre de 2019, une diminution de 49 millions d'euros par rapport au premier trimestre de 2018. La société impute ces performances à la baisse des prix des matières premières, le prix élevé de l'énergie et de faibles volumes de production pour toutes les matières premières. (