Une nouvelle enquête de l'Auditorat du travail du Hainaut sur le chantier de Google à Baudour a révélé du travail non déclaré au sein de la cantine. Selon l'Auditorat, les 9 personnes actives au sein de la cantine étaient déclarées 3 à 4 heures par jour via une société d'intérim alors qu'elles prestaient entre 8 et 10 heures par jour. "Le responsable de la cantine a tout de suite reconnu l'infraction", a indiqué à Belga l'auditeur du travail, Charles-Eric Clesse.

"Le salaire afférent aux heures non déclarées était payé en noir à partir de la caisse de la cantine". Les scellés ont été placés sur la cantine et les badges des travailleurs ont été bloqués. La cantine est donc fermée et plus aucun ouvrier du chantier Google ne peut donc se restaurer sur place. "Les badges des travailleurs de la cantine sont donc neutralisés", a précisé l'auditeur du travail.

"Le sous-traitant en charge de cette cantine ne peut faire appel à un autre personnel; il doit absolument régulariser les salaires des travailleurs en place et payer la régularisation".

Plusieurs infractions ont été découvertes depuis novembre 2018 par l'Auditorat du travail sur le chantier Google à Baudour où le géant américain de l'informatique construit actuellement un nouveau centre de données.

Selon l'auditeur du travail, entre 570 et 600 badges d'accès de travailleurs en situation sociale illégale ont été supprimés depuis novembre. Ces travailleurs non-déclarés et opérant pour des sociétés sous-traitantes étaient d'origine notamment roumaine, bulgare, hongroise ou encore britannique.

La société Google avait réagi début décembre après la découverte des infractions sociales et avait demandé que les problèmes rencontrés soient réglés le plus rapidement possible. L'auditeur du travail a indiqué lundi que les amendes et régularisations ont été payées, soit environ 1,5 million d'euros en amendes pénales et plus de 1,5 millions d'euros en régularisations.

Une nouvelle enquête de l'Auditorat du travail du Hainaut sur le chantier de Google à Baudour a révélé du travail non déclaré au sein de la cantine. Selon l'Auditorat, les 9 personnes actives au sein de la cantine étaient déclarées 3 à 4 heures par jour via une société d'intérim alors qu'elles prestaient entre 8 et 10 heures par jour. "Le responsable de la cantine a tout de suite reconnu l'infraction", a indiqué à Belga l'auditeur du travail, Charles-Eric Clesse. "Le salaire afférent aux heures non déclarées était payé en noir à partir de la caisse de la cantine". Les scellés ont été placés sur la cantine et les badges des travailleurs ont été bloqués. La cantine est donc fermée et plus aucun ouvrier du chantier Google ne peut donc se restaurer sur place. "Les badges des travailleurs de la cantine sont donc neutralisés", a précisé l'auditeur du travail. "Le sous-traitant en charge de cette cantine ne peut faire appel à un autre personnel; il doit absolument régulariser les salaires des travailleurs en place et payer la régularisation". Plusieurs infractions ont été découvertes depuis novembre 2018 par l'Auditorat du travail sur le chantier Google à Baudour où le géant américain de l'informatique construit actuellement un nouveau centre de données. Selon l'auditeur du travail, entre 570 et 600 badges d'accès de travailleurs en situation sociale illégale ont été supprimés depuis novembre. Ces travailleurs non-déclarés et opérant pour des sociétés sous-traitantes étaient d'origine notamment roumaine, bulgare, hongroise ou encore britannique. La société Google avait réagi début décembre après la découverte des infractions sociales et avait demandé que les problèmes rencontrés soient réglés le plus rapidement possible. L'auditeur du travail a indiqué lundi que les amendes et régularisations ont été payées, soit environ 1,5 million d'euros en amendes pénales et plus de 1,5 millions d'euros en régularisations.