Le groupe américain, qui ne dévoile pas le montant de la transaction, a indiqué dans un communiqué que cette première acquisition d'une marque française visait à le faire "devenir un acteur majeur des boissons plates aux fruits". Selon Coca-Cola, ce segment-clé des boissons sans alcool a connu une "croissance régulière au cours des dernières années: +4,9% entre 2014 et 2017". Créée en 1982, Tropico "bénéficie d'une forte notoriété" en France, rappelle Coca-Cola, entre son slogan "quand c'est trop c'est Tropico" et sa mascotte publicitaire, un perroquet bavard.

La commercialisation de Tropico en France métropolitaine et en Belgique sera progressivement reprise par CCEP France, CCEP Belgique et SOCOBO (Corse), les embouteilleurs de Coca-Cola sur ces territoires. La possibilité d'étendre la présence de la marque à plus de territoires sera évaluée dans les mois à venir, assure le groupe.

Les boissons non gazeuses aux fruits Tropico, dont le chiffre d'affaires s'élève à 29 millions d'euros selon Le Figaro, étaient passées des mains du géant Unilever à celles d'un fonds de pension, avant d'être rachetées par une entreprise familiale française, les Cafés Folliet (Alizé) en 2005.

Le groupe américain, qui ne dévoile pas le montant de la transaction, a indiqué dans un communiqué que cette première acquisition d'une marque française visait à le faire "devenir un acteur majeur des boissons plates aux fruits". Selon Coca-Cola, ce segment-clé des boissons sans alcool a connu une "croissance régulière au cours des dernières années: +4,9% entre 2014 et 2017". Créée en 1982, Tropico "bénéficie d'une forte notoriété" en France, rappelle Coca-Cola, entre son slogan "quand c'est trop c'est Tropico" et sa mascotte publicitaire, un perroquet bavard. La commercialisation de Tropico en France métropolitaine et en Belgique sera progressivement reprise par CCEP France, CCEP Belgique et SOCOBO (Corse), les embouteilleurs de Coca-Cola sur ces territoires. La possibilité d'étendre la présence de la marque à plus de territoires sera évaluée dans les mois à venir, assure le groupe. Les boissons non gazeuses aux fruits Tropico, dont le chiffre d'affaires s'élève à 29 millions d'euros selon Le Figaro, étaient passées des mains du géant Unilever à celles d'un fonds de pension, avant d'être rachetées par une entreprise familiale française, les Cafés Folliet (Alizé) en 2005.