C'est Bloomberg, l'agence d'informations financières, qui a vendu la mèche.

Selon les sources de cette agence, Google aurait acheté pour plusieurs millions de dollars les données bancaires des internautes disposant d'une carte Mastercard.

Je rassure immédiatement nos lecteurs, il s'agit des données bancaires des clients américains et non pas européens.

Mais il n'empêche, ce genre d'informations a perturbé pas mal de personnes car les clients de Mastercard n'étaient visiblement pas au courant de cet accord avec Google.

En clair, plus de deux milliards de clients auraient été pistés à leur insu depuis un an.

Première question: pourquoi cet accord? C'est simple, dans le monde de la publicité, il y a une sorte de boutade qui dit qu'un annonceur sait que la moitié de ses dépenses publicitaires sont gaspillées et ne servent donc à rien, mais le problème, c'est qu'il ne sait pas quelle moitié!

Avec la publicité online, la question ne se pose plus: les annonceurs peuvent savoir qui a cliqué sur leur publicité, voir qui a atterri sur leur site et qui a acheté quoi!

Bref, c'est ce suivi à la trace des clients qui a permis à Facebook et Google de siphonner la publicité online au détriment de la presse écrite et même de la télévision.

En revanche, que se passe-t-il si en tant qu'internaute si nous avons regardé une publicité online pour une marque de télévision mais qu'au final nous avons acheté cette TV dans un magasin physique?

Voilà le vrai problème: jusqu'à présent, il était impossible de faire le lien entre publicité online et achat offline.

En clair, comment savoir si une publicité en ligne a généré un achat dans un magasin physique?

C'est une question particulièrement frustrante pour les annonceurs qui vendent des appareils ou des fournitures d'une certaine taille pour lesquels l'internaute cherche d'abord sur le web, mais achète ensuite dans un magasin physique.

C'est le cas par exemple des appareils télévision ou de certains meubles. Et c'est d'ailleurs la raison pour laquelle Google suit notre localisation tout le temps, même quand on débranche la localisation de notre smartphone.

Google aurait acheté pour plusieurs millions de dollars les données bancaires des internautes disposant d'une carte Mastercard

Et voilà aussi pourquoi Mastercard et Google auraient signé un accord confidentiel. Selon l'agence Bloomberg, toutes les transactions effectuées aux Etats-Unis par une carte Mastercard auraient été cryptées et transmises à Google.

Grâce à cet accord, Google pourra dire aux annonceurs si une personne ayant cliqué sur une pub a fait ensuite un achat dans les 30 jours dans un magasin physique.

Evidemment, l'intérêt pour Google, c'est de vendre encore plus de publicité aux annonceurs qui pourront désormais mesurer l'efficacité de leur campagne de pub même si l'achat ne se pas fait online!

La seconde question, c'est que peut-on faire contre cette intrusion dans notre vie privée via cette forme d'espionnage de nos achats? Il est en effet possible d'éviter que nos données personnelles soient traquées en se rendant sur le menu et en désactivant l'onglet "Web and App activity", mais qui sait ce genre de choses?

Par ailleurs, en Europe, nous sommes protégés par le RGPD. Et même si Google et Mastercard affirment avoir renforcé leurs protocoles de sécurité afin que ces données bancaires ne fuitent pas et que les employés des deux firmes n'y aient pas accès, ce genre d'information fait réfléchir.

En fait, face à nos données personnelles, nous sommes exactement comme les Amérindiens qui vendaient leurs précieuses terres agricoles aux conquistadors qui leur donnaient en échange quelques breloques!