Le titre s'affichait au début des échanges à 699,3 yens, soit +3,99%. Une partie des actionnaires réclamaient depuis des mois le départ de cet ex-poulain de Carlos Ghosn, qui était certes devenu son principal ennemi, mais qui devait sa carrière à son mentor et a eu du mal à convaincre qu'il était étranger aux malversations reprochées à l'ex-grand patron. M. Saikawa avait publiquement reconnu la semaine dernière avoir bénéficié par le passé d'une prime excédant ce à quoi il avait droit via un dispositif incitatif appelé "share appreciation rights" (SAR). Le départ de ce dirigeant sera effectif le 16 septembre. Il sera provisoirement remplacé par l'actuel directeur opérationnel du groupe, Yasuhiro Yamauchi, dans l'attente de la nomination d'un patron qui devra redresser le groupe et consolider l'alliance avec Renault.