En quoi votre nouvelle campagne innove-t-elle ?

Lors d'une catastrophe, les dons mettent parfois plusieurs jours à arriver alors que ce sont les 72 premières heures qui sont les plus cruciales. Ici, avec le système "Prepaid donations", les dons réalisés vont directement au fonds d'urgence. On paie en quelque sorte avant qu'une catastrophe n'arrive et le don est là quand on en a besoin, ce qui permet aux équipes d'intervenir plus rapidement sur le terrain, avec le stock nécessaire.

Le but est aussi d'informer le donateur en temps réel et en toute transparence de ce que nous réalisons avec son argent. Selon une enquête que nous avons réalisée, 41 % des personnes favorables à l'outil "Prepaid Donations" affirment que le fait de pouvoir "suivre" l'avancement des opérations de MSF sur le terrain dès que le don est activé est la principale raison de leur intérêt. Concrètement, le donateur recevra une notification ou un e-mail qui l'informera comment MSF a utilisé son don. On ne lui laisse, toutefois, pas le choix de la cause. Cela évite que les donateurs "choisissent" des missions très médiatisées et que d'autres, moins visibles, soient délaissées.

Le paiement est-il facilité ?

Oui, on veut aussi alléger un peu le système de paiement. Actuellement, il y a toute une série de données à remplir en ligne qui peuvent s'avérer rébarbatives. On a prévu d'alléger la procédure. Les donateurs doivent juste encoder leurs informations bancaires. S'ils désirent une attestation fiscale, ils devront alors compléter leurs informations personnelles. On va aussi proposer Apple Pay et Google Pay pour fluidifier le paiement. Avec un autre objectif : cibler les plus jeunes. Le donateur moyen est en effet âgé de 55 ans et plus. Grâce à ces nouvelles fonctionnalités plus modernes, nous tentons de cibler davantage les jeunes actifs. 65 % des jeunes se disent favorables aux "dons prépayés".

L'année dernière, avec le Covid, les donateurs pouvaient exceptionnellement obtenir 60% de réduction sur leur don (à partir de 40 euros sur une année au lieu de 45% en temps normal). Ce n'est plus le cas cette année, voyez-vous une différence ?

Il s'agissait d'un incitant financier très intéressant qui, malheureusement n'a pas été réitéré cette année. On a plaidé via l'AERF (Association pour une Éthique dans les Récoltes de Fonds) que cette mesure soit reconduite mais cela n'a pas été accepté. On ne remarque pas moins de dons mais des montants un peu moins importants cette année.

PG
© PG
Lors d'une catastrophe, les dons mettent parfois plusieurs jours à arriver alors que ce sont les 72 premières heures qui sont les plus cruciales. Ici, avec le système "Prepaid donations", les dons réalisés vont directement au fonds d'urgence. On paie en quelque sorte avant qu'une catastrophe n'arrive et le don est là quand on en a besoin, ce qui permet aux équipes d'intervenir plus rapidement sur le terrain, avec le stock nécessaire. Le but est aussi d'informer le donateur en temps réel et en toute transparence de ce que nous réalisons avec son argent. Selon une enquête que nous avons réalisée, 41 % des personnes favorables à l'outil "Prepaid Donations" affirment que le fait de pouvoir "suivre" l'avancement des opérations de MSF sur le terrain dès que le don est activé est la principale raison de leur intérêt. Concrètement, le donateur recevra une notification ou un e-mail qui l'informera comment MSF a utilisé son don. On ne lui laisse, toutefois, pas le choix de la cause. Cela évite que les donateurs "choisissent" des missions très médiatisées et que d'autres, moins visibles, soient délaissées. Oui, on veut aussi alléger un peu le système de paiement. Actuellement, il y a toute une série de données à remplir en ligne qui peuvent s'avérer rébarbatives. On a prévu d'alléger la procédure. Les donateurs doivent juste encoder leurs informations bancaires. S'ils désirent une attestation fiscale, ils devront alors compléter leurs informations personnelles. On va aussi proposer Apple Pay et Google Pay pour fluidifier le paiement. Avec un autre objectif : cibler les plus jeunes. Le donateur moyen est en effet âgé de 55 ans et plus. Grâce à ces nouvelles fonctionnalités plus modernes, nous tentons de cibler davantage les jeunes actifs. 65 % des jeunes se disent favorables aux "dons prépayés".Il s'agissait d'un incitant financier très intéressant qui, malheureusement n'a pas été réitéré cette année. On a plaidé via l'AERF (Association pour une Éthique dans les Récoltes de Fonds) que cette mesure soit reconduite mais cela n'a pas été accepté. On ne remarque pas moins de dons mais des montants un peu moins importants cette année.