Les ventes ont reculé de 0,8% à 51,8 milliards d'euros. Les entreprises ont investi 1,6 milliard d'euros dans l'innovation et l'extension des usines soit 6,7% de moins. "Les entreprises sont devenues plus prudentes en raison des incertitudes économiques", selon le président de la Fevia, Jan Vander Stichele. Le nombre d'emplois a toutefois progressé, selon la VRT.

Fin 2018, 92.743 personnes travaillaient dans l'industrie alimentaire, soit 2.000 de plus (+2,2%) par rapport à l'année précédente. Cette hausse s'explique par le taxshift qui a abaissé les coûts salariaux. Cette baisse des ventes s'explique par une consommation moindre des Belges dans l'alimentation qui n'est pas compensée par les exportations. Les ventes en Belgique ont reculé de 5,3%. Selon la fédération du secteur Fevia, les achats frontaliers sont les principaux responsables de cette baisse.