"Ce financement permet à Mithra de poursuivre son programme de recherche sur un implant indiqué dans le traitement du cancer de la prostate et du sein, ainsi que dans différentes pathologies gynécologiques bénignes, telles l'endométriose et les fibromes utérins", explique la société liégeoise.

Le financement, non-dilutif, est octroyé par la Région wallonne sous forme d'avances récupérables afin de soutenir des programmes de recherche et développement spécifiques.

Active dans plus de 85 pays, Mithra compte quelque 250 collaborateurs.

"Ce financement permet à Mithra de poursuivre son programme de recherche sur un implant indiqué dans le traitement du cancer de la prostate et du sein, ainsi que dans différentes pathologies gynécologiques bénignes, telles l'endométriose et les fibromes utérins", explique la société liégeoise.Le financement, non-dilutif, est octroyé par la Région wallonne sous forme d'avances récupérables afin de soutenir des programmes de recherche et développement spécifiques. Active dans plus de 85 pays, Mithra compte quelque 250 collaborateurs.