La musique est une grande entreprise que Michael Rapino n'a de cesse de développer. Le Canadien est à la tête de Live Nation depuis 2005, l'année de l'entrée en Bourse de la société. Après I'avoir guidée dans les méandres des premières années en Bourse, il a orchestré sa fusion en 2010 avec Ticketmaster, leader mondial de la billetterie. Aujourd'hui, le colosse Live Nation Entertainment emploie 9.500 collaborateurs à temps plein et 29.000 temporaires, organise chaque année 30.000 spectacles et plus de 100 festivals, et vend 570 millions de tickets de concerts. En Belgique, il a à son actif l'organisation de Rock Werchter et de Graspop. Forest National, le Sportpaleis, la Lotto Arena et le Stadsschouwburg à Anvers, l'Ethias Arena et le Grenslandhallen à Hasselt, et le Capitole à Gand sont tombés dans son escarcelle avec la reprise de la SA Antwerps Sportpaleis. Le montant de la transaction n'a pas été divulgué mais personne ne peut rivaliser avec l'...

La musique est une grande entreprise que Michael Rapino n'a de cesse de développer. Le Canadien est à la tête de Live Nation depuis 2005, l'année de l'entrée en Bourse de la société. Après I'avoir guidée dans les méandres des premières années en Bourse, il a orchestré sa fusion en 2010 avec Ticketmaster, leader mondial de la billetterie. Aujourd'hui, le colosse Live Nation Entertainment emploie 9.500 collaborateurs à temps plein et 29.000 temporaires, organise chaque année 30.000 spectacles et plus de 100 festivals, et vend 570 millions de tickets de concerts. En Belgique, il a à son actif l'organisation de Rock Werchter et de Graspop. Forest National, le Sportpaleis, la Lotto Arena et le Stadsschouwburg à Anvers, l'Ethias Arena et le Grenslandhallen à Hasselt, et le Capitole à Gand sont tombés dans son escarcelle avec la reprise de la SA Antwerps Sportpaleis. Le montant de la transaction n'a pas été divulgué mais personne ne peut rivaliser avec l'hégémonie financière du géant mondial du divertissement en direct.En 2018, Live Nation a enregistré une progression de 11% de son chiffre d'affaires à 10,8 milliards de dollars et de 33% de son bénéfice à 829 millions de dollars, soit la huitième année record consécutive. Pas étonnant que Michael Rapino fasse partie du top 3 des personnalités les plus puissantes du secteur de la musique.La passion comme moteurMichael Rapino a grandi à Thunder Bay dans le sud du Canada. "Je suis juste un Canadien né dans une petite ville de province qui est tombé amoureux dès son plus jeune âge de la musique en direct", a confié Michael Rapino lors d'un entretien télévisé fin 2017. "La plupart des managers de la sphère musicale font dans l'enregistrement, alors que pour moi, rien n'égale la magie de deux heures de live." Adolescent, Michael Rapino n'a pas hésité à faire seize heures de trajet pour assister à son tout premier concert avec Robert Plant à l'affiche. Depuis lors, rien n'a pu l'arrêter. "Il fallait que je découvre comment faire de la musique live mon projet professionnel. Je me souviens qu'à 20 ans, pendant mes études universitaires, j'ai confié à mon tuteur qu'à l'âge de 40 ans je voulais diriger la plus grosse entreprise de divertissement en direct au monde. Cela est resté une obsession." Une fois son diplôme en poche, Michael Rapino fait ses débuts chez le brasseur canadien Labatt. Il y travaillera pendant dix ans au département marketing et divertissement. "J'ai appris à connaître de grosses entreprises. J'ai ensuite lancé ma propre société de concerts au Canada avant de la revendre et de déménager à New York puis à Londres. J'ai lu chaque livre et suivi tous les cours et mentors possibles et imaginables. À 40 ans, j'ai créé la plus grosse entreprise de concerts au monde. Si j'y suis arrivé, c'est grâce à la détermination qui s'appuie sur ma passion", raconte ce père de trois enfants qui croit dur comme fer au brillant avenir de la musique live. "Lors de notre entrée en Bourse il y a quatorze ans, personne ne se souciait de nous. Pendant trente ans, le secteur s'est focalisé sur les disques et CD. On partait en tournée pour vendre des disques. Avec l'avènement de Napster (pionnier légendaire du partage de musique, NDLR) et du téléchargement numérique, les tournées sont subitement devenues indispensables pour gagner de l'argent. Tout jeune artiste qui débute aujourd'hui doit 90% de ses revenus à la scène."Michelle ObamaMichael Rapino, un végane fan de méditation, a fait de Live Nation un groupe diversifié qui englobe outre le géant Ticketmaster, le département Live Nation Concerts et la division sponsoring qui a un bon millier de marques sous contrat. Il détient aussi la plus grosse entreprise de management forte d'un portefeuille de plus de 500 artistes musicaux et de participations dans des entreprises comme Roc Nation de Jay-Z et Maverick, qui représente U2 et Madonna. Il organise également des événements non musicaux comme la tournée de Michelle Obama à travers les États-Unis pour la promotion de ses mémoires. "Si vous êtes capable de vendre des places de concert et d'occuper une scène, nous vous offrons l'expertise, l'infrastructure et l'envie", affirme Michael Rapino dans son quartier général de Beverly Hills qui n'a rien d'une tour d'ivoire ou dans sa maison de Los Angeles à 15 millions de dollars. "Je dirige une entreprise très décentralisée et communique directement avec mes collaborateurs. Nous répondons aux questions le jour même. Je suis connu pour ma très courte liste de to do et ma très longue liste de don't do", déclare Michael Rapino. "Introverti par nature, je ne suis pas du genre à déjeuner ou dîner avec l'un ou l'autre manager. Je ne crois pas tellement en l'importance des relations. L'excellence des produits parle d'elle-même."Traduction : virginie·dupont·sprl