L'intérieur est aussi futuriste que l'extérieur, avec trois grands écrans: un derrière le volant (12,3''), un central (17,7'') et un autre (12,3'') devant les yeux du passager, lui permettant de régler différentes fonctions, de regarder des vidéos ou de surfer sur internet. A l'arrière, pas de sièges individuels comme dans une Classe S mais une simple banquette. Les grands de ce monde pourront cependant étaler leurs jambes sans ménagement et ne devront pas compter leurs bagages, le coffre se révélant très spacieux. Et il est plus accessible que celui d'une Classe S grâce au hayon.

Pour mieux survoler la route, les occupants sont posés sur coussins d'air et les épais vitrages les mettent à l'abri du tumulte extérieur. Au volant, la douceur des commandes a également des vertus anxiolytiques. Le châssis accepte que l'on hausse le rythme mais les 2,5 tonnes de l'engin nous rappellent vite à l'ordre, surtout au freinage. Pour donner de l'agilité à ce carrosse en virages, les roues arrière pivotent. Cela permet aussi à cette encombrante limousine de braquer comme une petite Golf. Quatre versions sont proposées (292, 333, 524 ou 658 ch) avec des prix allant de 89.903 à 173.030 euros et des autonomies officielles de 577 à 729 kilomètres.

Les versions les plus puissantes prodiguent une poussée instantanée mais jamais brutale, façon force tranquille. La grosse batterie de notre EQS 580 a permis de boucler plus de 400 kilomètres réels et se recharge à haute dose (200 kW) sur les bornes autoroutières. Cette limousine "verte" au grand rayon d'action serait donc l'outil idéal d'un ministre de l'Environnement courant d'une conférence à l'autre. Le ministre des Sports, lui, préférera les Audi e-tron GT/Porsche Taycan, moins reposantes, mais plus dynamiques. Quant au citoyen lambda, il se contentera de regarder passer ces onéreux carrosses électriques...

Mercedes EQS

EQS 580 4MATIC

Deux moteurs électriques, 523 ch (385 kW)/855 Nm ; batterie de 107,8 kWh nets, temps de charge: environ 50 h sur prise domestique, 10 h sur borne AC (11 kW), 5 h sur 22 kW, de 10 à 80% en 30 min. sur borne DC 200 kW ; longueur: 5,22 m, poids: 2.585 kg

Performances

Vitesse maxi: 210 km/h (bridée) ; 0-100 km/h en 4,3 s ; autonomie officielle/de l'essai: de 582 à 651 km/410 km, consommation de l'essai: 26,3 kWh/100 km ; rejets CO2: 0 g/km

Prix

158.873 euros ; déductibilité fiscale: 100%

+

Silence de cathédrale, confort de très haut niveau, technologie embarquée supérieure, grande autonomie, accélérations et reprises de sportives

-

Gabarit éléphantesque (poids, longueur), freinage peu mordant et peu aisé à doser, style qui ne plaira pas à tout le monde

L'intérieur est aussi futuriste que l'extérieur, avec trois grands écrans: un derrière le volant (12,3''), un central (17,7'') et un autre (12,3'') devant les yeux du passager, lui permettant de régler différentes fonctions, de regarder des vidéos ou de surfer sur internet. A l'arrière, pas de sièges individuels comme dans une Classe S mais une simple banquette. Les grands de ce monde pourront cependant étaler leurs jambes sans ménagement et ne devront pas compter leurs bagages, le coffre se révélant très spacieux. Et il est plus accessible que celui d'une Classe S grâce au hayon. Pour mieux survoler la route, les occupants sont posés sur coussins d'air et les épais vitrages les mettent à l'abri du tumulte extérieur. Au volant, la douceur des commandes a également des vertus anxiolytiques. Le châssis accepte que l'on hausse le rythme mais les 2,5 tonnes de l'engin nous rappellent vite à l'ordre, surtout au freinage. Pour donner de l'agilité à ce carrosse en virages, les roues arrière pivotent. Cela permet aussi à cette encombrante limousine de braquer comme une petite Golf. Quatre versions sont proposées (292, 333, 524 ou 658 ch) avec des prix allant de 89.903 à 173.030 euros et des autonomies officielles de 577 à 729 kilomètres. Les versions les plus puissantes prodiguent une poussée instantanée mais jamais brutale, façon force tranquille. La grosse batterie de notre EQS 580 a permis de boucler plus de 400 kilomètres réels et se recharge à haute dose (200 kW) sur les bornes autoroutières. Cette limousine "verte" au grand rayon d'action serait donc l'outil idéal d'un ministre de l'Environnement courant d'une conférence à l'autre. Le ministre des Sports, lui, préférera les Audi e-tron GT/Porsche Taycan, moins reposantes, mais plus dynamiques. Quant au citoyen lambda, il se contentera de regarder passer ces onéreux carrosses électriques...