L'ambitieuse biotech wallonne est en pleine ascension : "Notre croissance dépasse les 50% chaque année", se réjouit son CEO Denis Bedoret. Basée à Gosselies, MaSTherCell est un prestataire de services pour des laboratoires et des entreprises actives dans la thérapie cellulaire. Ce type de thérapie vise à créer des "médicaments vivants" à partir de cellules humaines qui sont cultivées, entraînées et réinjectées à des patients pour les soigner. MaSTherCell s'occupe de la fabrication et des tests de produits thérapeutiques, ainsi que des procédés de fabrication de ces mêmes produits.

Créée en 2011, la jeune pousse carolo est une spin-off de l'ULB qui a connu des débuts tonitruants. Elle lance ses activités commerciales en 2014. Fin 2016, elle réalise un chiffre d'affaires de 6 millions d'euros. Trois ans plus tard, celui-ci atteint déjà 25 millions. "Nous sommes rentables depuis 2017, avec un Ebitda (bénéfices avant impôts, Ndlr) qui croît de façon appréciable", commente Denis Bedoret.

MaSTherCell travaille avec des acteurs importants de l'industrie pharmaceutique, comme les laboratoires français Servier ou l'entreprise américaine Crispr Therapeutics, active dans la thérapie génique. L'entreprise wallonne est également partenaire de plus petits acteurs de la biotech, comme Agentus, basée à Waterloo. "Nos clients sont d'une part des sociétés matures, d'autre part des biotechs déjà bien financées, qui développent un produit à haut potentiel", explique Denis Bedoret. MaSTherCell développe des partenariats étroits avec ses clients et les accompagne sur le long terme : "Nos contrats de développement peuvent porter sur 20 ans", souligne le CEO.

La croissance attendue de MaSTherCell dans les prochaines années devrait être assurée par deux éléments : un élargissement des projets existants et la signature de nouveaux projets. L'entreprise se prépare à l'avenir avec un nouveau site prévu à Gosselies en 2021, qui devrait tripler les capacités de production de MaSTherCell. Pour ses clients américains, la biotech wallonne va également installer un site de production à Houston, au Texas. "L'idée est de dupliquer notre site de Gosselies", pointe Denis Bedoret.

Vu le caractère fragile des produits thérapeutiques qu'elle fabrique, la société doit se rapprocher de ses clients. Dans le futur, MaSTherCell pourrait ouvrir d'autres sites aux Etats-Unis. Le continent asiatique est également dans le viseur, mais à plus long terme. Le site de Gosselies, quant à lui, devrait continuer à grandir pour servir les clients européens. MaSTherCell emploie aujourd'hui 210 collaborateurs, et s'attend à créer plusieurs centaines d'emplois dans les prochaines années.

G.Q.

L'ambitieuse biotech wallonne est en pleine ascension : "Notre croissance dépasse les 50% chaque année", se réjouit son CEO Denis Bedoret. Basée à Gosselies, MaSTherCell est un prestataire de services pour des laboratoires et des entreprises actives dans la thérapie cellulaire. Ce type de thérapie vise à créer des "médicaments vivants" à partir de cellules humaines qui sont cultivées, entraînées et réinjectées à des patients pour les soigner. MaSTherCell s'occupe de la fabrication et des tests de produits thérapeutiques, ainsi que des procédés de fabrication de ces mêmes produits.Créée en 2011, la jeune pousse carolo est une spin-off de l'ULB qui a connu des débuts tonitruants. Elle lance ses activités commerciales en 2014. Fin 2016, elle réalise un chiffre d'affaires de 6 millions d'euros. Trois ans plus tard, celui-ci atteint déjà 25 millions. "Nous sommes rentables depuis 2017, avec un Ebitda (bénéfices avant impôts, Ndlr) qui croît de façon appréciable", commente Denis Bedoret.MaSTherCell travaille avec des acteurs importants de l'industrie pharmaceutique, comme les laboratoires français Servier ou l'entreprise américaine Crispr Therapeutics, active dans la thérapie génique. L'entreprise wallonne est également partenaire de plus petits acteurs de la biotech, comme Agentus, basée à Waterloo. "Nos clients sont d'une part des sociétés matures, d'autre part des biotechs déjà bien financées, qui développent un produit à haut potentiel", explique Denis Bedoret. MaSTherCell développe des partenariats étroits avec ses clients et les accompagne sur le long terme : "Nos contrats de développement peuvent porter sur 20 ans", souligne le CEO.La croissance attendue de MaSTherCell dans les prochaines années devrait être assurée par deux éléments : un élargissement des projets existants et la signature de nouveaux projets. L'entreprise se prépare à l'avenir avec un nouveau site prévu à Gosselies en 2021, qui devrait tripler les capacités de production de MaSTherCell. Pour ses clients américains, la biotech wallonne va également installer un site de production à Houston, au Texas. "L'idée est de dupliquer notre site de Gosselies", pointe Denis Bedoret.Vu le caractère fragile des produits thérapeutiques qu'elle fabrique, la société doit se rapprocher de ses clients. Dans le futur, MaSTherCell pourrait ouvrir d'autres sites aux Etats-Unis. Le continent asiatique est également dans le viseur, mais à plus long terme. Le site de Gosselies, quant à lui, devrait continuer à grandir pour servir les clients européens. MaSTherCell emploie aujourd'hui 210 collaborateurs, et s'attend à créer plusieurs centaines d'emplois dans les prochaines années.G.Q.