Ils l'ont fait. Les Red Lions ont décroché la médaille d'or aux Jeux olympiques de Tokyo au terme d'une finale haletante contre l'Australie. Cinq ans après leur médaille d'argent à Rio et trois ans après leur titre de champions du monde en Inde, les joueurs belges signent donc une nouvelle performance athlétique qui maintient la Belgique au sommet du hockey sur gazon.

Inspirant pour les équipes d'autres disciplines sportives, le succès des Red Lions peut l'être aussi pour de nombreux managers confrontés à la problématique de l'échec. "Nous sommes partis de zéro et quand je dis zéro, c'est vraiment zéro!, se souvient John-John Dohmen, figure emblématique de l'équipe belge de hockey. Il y a une quinzaine d'années, on perdait 10-0 contre les meilleures équipes et personne ne nous prenait au sérieux, mais à force d'expériences et de persévérance, nous avons beaucoup appris et acquis une mentalité de gagnant. A ce titre, je pense que notre succès peut inspirer des chefs d'entreprise qui ne réussissent pas immédiatement. En Europe et surtout en Belgique, l'échec, tout comme l'ambition, est encore mal vu. J'espère que cela va évoluer et ce serait un rêve pour moi de contribuer à ce changement de mentalité à travers les Red Lions."

Un leader éclairé

Spectaculaire, la renaissance de l'équipe belge de hockey repose évidemment sur ses joueurs, mais aussi et surtout sur un homme qui a su canaliser les énergies individuelles et redonner un vrai sens à l'esprit de groupe: Shane McLeod, entraîneur des Red Lions depuis 2015. Véritable référence en matière de leadership et de team building, le coach néo-zélandais a en effet réussi à transfigurer les hockeyeurs belges en quelques années à peine pour leur offrir des titres et des médailles jadis inespérées.

"Il y a beaucoup de similitudes entre le sport de haut niveau et le monde de l'entreprise, confie Shane McLeod. Qu'il s'agisse d'athlètes ou de collaborateurs, la question reste la même: qu'est-ce qui fait une bonne équipe? Il faut avant tout créer un environnement de travail positif où les notions de confiance, d'empathie, de motivation, d'honnêteté et d'humanité sont essentielles. Dans un groupe, chaque personne est importante et chacun doit comprendre qu'il a besoin de l'autre pour arriver au succès. L'unité est une force et dans cet état d'esprit collectif, il faut pouvoir apprendre de l'échec. Celui-ci peut être stimulant. Si nous n'avions pas perdu à Rio, nous n'aurions pas gagné à Tokyo."

L'art de construire une équipe sera précisément le thème de la conférence que donnera bientôt l'entraîneur des Red Lions à Bruxelles devant un parterre de managers. Invité de l'événement Trends Restart le 26 août prochain, Shane McLeod y dévoilera en effet les secrets de ses techniques de coaching qui ont mené les hockeyeurs belges sur la première marche du podium à Tokyo.

Plus d'informations sur www.trendsrestart.be

Ils l'ont fait. Les Red Lions ont décroché la médaille d'or aux Jeux olympiques de Tokyo au terme d'une finale haletante contre l'Australie. Cinq ans après leur médaille d'argent à Rio et trois ans après leur titre de champions du monde en Inde, les joueurs belges signent donc une nouvelle performance athlétique qui maintient la Belgique au sommet du hockey sur gazon. Inspirant pour les équipes d'autres disciplines sportives, le succès des Red Lions peut l'être aussi pour de nombreux managers confrontés à la problématique de l'échec. "Nous sommes partis de zéro et quand je dis zéro, c'est vraiment zéro!, se souvient John-John Dohmen, figure emblématique de l'équipe belge de hockey. Il y a une quinzaine d'années, on perdait 10-0 contre les meilleures équipes et personne ne nous prenait au sérieux, mais à force d'expériences et de persévérance, nous avons beaucoup appris et acquis une mentalité de gagnant. A ce titre, je pense que notre succès peut inspirer des chefs d'entreprise qui ne réussissent pas immédiatement. En Europe et surtout en Belgique, l'échec, tout comme l'ambition, est encore mal vu. J'espère que cela va évoluer et ce serait un rêve pour moi de contribuer à ce changement de mentalité à travers les Red Lions." Spectaculaire, la renaissance de l'équipe belge de hockey repose évidemment sur ses joueurs, mais aussi et surtout sur un homme qui a su canaliser les énergies individuelles et redonner un vrai sens à l'esprit de groupe: Shane McLeod, entraîneur des Red Lions depuis 2015. Véritable référence en matière de leadership et de team building, le coach néo-zélandais a en effet réussi à transfigurer les hockeyeurs belges en quelques années à peine pour leur offrir des titres et des médailles jadis inespérées. "Il y a beaucoup de similitudes entre le sport de haut niveau et le monde de l'entreprise, confie Shane McLeod. Qu'il s'agisse d'athlètes ou de collaborateurs, la question reste la même: qu'est-ce qui fait une bonne équipe? Il faut avant tout créer un environnement de travail positif où les notions de confiance, d'empathie, de motivation, d'honnêteté et d'humanité sont essentielles. Dans un groupe, chaque personne est importante et chacun doit comprendre qu'il a besoin de l'autre pour arriver au succès. L'unité est une force et dans cet état d'esprit collectif, il faut pouvoir apprendre de l'échec. Celui-ci peut être stimulant. Si nous n'avions pas perdu à Rio, nous n'aurions pas gagné à Tokyo." L'art de construire une équipe sera précisément le thème de la conférence que donnera bientôt l'entraîneur des Red Lions à Bruxelles devant un parterre de managers. Invité de l'événement Trends Restart le 26 août prochain, Shane McLeod y dévoilera en effet les secrets de ses techniques de coaching qui ont mené les hockeyeurs belges sur la première marche du podium à Tokyo.