Mercredi, le journal américain Women's Wear Daily avait affirmé que le groupe de Bernard Arnault avait réuni un conseil d'administration pour examiner les conditions de ce rachat, dans un contexte de dégradation des perspectives du marché américain.

Dans un communiqué jeudi, LVMH confirme avoir réuni un conseil d'administration mardi, qui a "notamment porté son attention sur l'évolution de la pandémie et son impact potentiel sur les résultats et les perspectives de la société Tiffany au regard de l'accord qui lie les deux groupes".

"Compte tenu des rumeurs ayant circulé sur le marché, LVMH confirme, à cette occasion, ne pas envisager d'acheter d'actions Tiffany sur le marché", poursuit toutefois le géant du luxe.

En novembre dernier, le numéro un mondial du luxe avait annoncé croquer le célèbre joaillier pour 16,2 milliards de dollars, une acquisition record pour le secteur ainsi que pour LVMH.

La clôture de l'opération est prévue pour mi-2020.

En février dernier, LVMH avait levé 9,3 milliards d'euros sur le marché afin de financer l'acquisition du joaillier. Le reste des 16,2 milliards de dollars que le groupe doit débourser doit être financé par du numéraire existant et des billets de trésorerie, à des taux négatifs.

Mercredi, le journal américain Women's Wear Daily avait affirmé que le groupe de Bernard Arnault avait réuni un conseil d'administration pour examiner les conditions de ce rachat, dans un contexte de dégradation des perspectives du marché américain. Dans un communiqué jeudi, LVMH confirme avoir réuni un conseil d'administration mardi, qui a "notamment porté son attention sur l'évolution de la pandémie et son impact potentiel sur les résultats et les perspectives de la société Tiffany au regard de l'accord qui lie les deux groupes". "Compte tenu des rumeurs ayant circulé sur le marché, LVMH confirme, à cette occasion, ne pas envisager d'acheter d'actions Tiffany sur le marché", poursuit toutefois le géant du luxe. En novembre dernier, le numéro un mondial du luxe avait annoncé croquer le célèbre joaillier pour 16,2 milliards de dollars, une acquisition record pour le secteur ainsi que pour LVMH. La clôture de l'opération est prévue pour mi-2020. En février dernier, LVMH avait levé 9,3 milliards d'euros sur le marché afin de financer l'acquisition du joaillier. Le reste des 16,2 milliards de dollars que le groupe doit débourser doit être financé par du numéraire existant et des billets de trésorerie, à des taux négatifs.