"Nous avons été l'une des premières entreprises à être renflouées par le gouvernement fédéral. Nous voulons également être l'une des premières à rembourser ces fonds de sauvetage", a-t-il expliqué. La date limite de remboursement est fixée au 26 septembre, date à laquelle un nouveau parlement et un nouveau chancelier seront élus en Allemagne.

Au plus fort de la crise, l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique et la Suisse s'étaient engagées à verser une aide publique de 9 milliards d'euros au groupe à la suite de l'effondrement des activités causé par la pandémie. Le gouvernement belge a ainsi octroyé un montant de 290 millions d'euros à Brussels Airlines.

À la même conférence, la chancelière allemande Angela Merkel a plaidé pour que l'aviation passe dans un futur proche à des sources d'énergie renouvelables. Elle a appelé à un "renouveau disruptif. Et pas à un moment donné mais aussi rapidement que possible car les cycles de production dans l'industrie aéronautique sont très longs".

Mme Merkel a déclaré qu'elle soutenait par exemple l'utilisation de carburants synthétiques, tout en reconnaissant qu'il existait pour le moment des problèmes de capacité et de prix.

Carsten Spohr a, lui, relevé que les carburants fabriqués à partir d'électricité verte étaient 10 fois plus chers que les carburants classiques. "Nous ne gérerons cela qu'en coopération avec l'État", a-t-il prévenu.

Citant l'exemple de l'énergie solaire, Angela Merkel s'est dite confiante que les prix allaient baisser. Elle s'est rappelée que lorsqu'elle était ministre de l'Environnement dans les années 1990, elle ne croyait pas que les panneaux photovoltaïques pourraient être rentables.

"Nous avons été l'une des premières entreprises à être renflouées par le gouvernement fédéral. Nous voulons également être l'une des premières à rembourser ces fonds de sauvetage", a-t-il expliqué. La date limite de remboursement est fixée au 26 septembre, date à laquelle un nouveau parlement et un nouveau chancelier seront élus en Allemagne. Au plus fort de la crise, l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique et la Suisse s'étaient engagées à verser une aide publique de 9 milliards d'euros au groupe à la suite de l'effondrement des activités causé par la pandémie. Le gouvernement belge a ainsi octroyé un montant de 290 millions d'euros à Brussels Airlines. À la même conférence, la chancelière allemande Angela Merkel a plaidé pour que l'aviation passe dans un futur proche à des sources d'énergie renouvelables. Elle a appelé à un "renouveau disruptif. Et pas à un moment donné mais aussi rapidement que possible car les cycles de production dans l'industrie aéronautique sont très longs".Mme Merkel a déclaré qu'elle soutenait par exemple l'utilisation de carburants synthétiques, tout en reconnaissant qu'il existait pour le moment des problèmes de capacité et de prix. Carsten Spohr a, lui, relevé que les carburants fabriqués à partir d'électricité verte étaient 10 fois plus chers que les carburants classiques. "Nous ne gérerons cela qu'en coopération avec l'État", a-t-il prévenu. Citant l'exemple de l'énergie solaire, Angela Merkel s'est dite confiante que les prix allaient baisser. Elle s'est rappelée que lorsqu'elle était ministre de l'Environnement dans les années 1990, elle ne croyait pas que les panneaux photovoltaïques pourraient être rentables.