Tout a commencé fin de l'année dernière par un combat de chefs entre Paul Lembrechts, administrateur délégué, et Peter Claes, directeur média et production, numéro deux de l'institution. Avec l'appui de tous les membres du comité de direction, le premier avait demandé la démission du second mais n'avait pas été suivi par le conseil d'administration. Peter Claes finira toutefois pa...

Tout a commencé fin de l'année dernière par un combat de chefs entre Paul Lembrechts, administrateur délégué, et Peter Claes, directeur média et production, numéro deux de l'institution. Avec l'appui de tous les membres du comité de direction, le premier avait demandé la démission du second mais n'avait pas été suivi par le conseil d'administration. Peter Claes finira toutefois par s'en aller en février dernier, " de commun accord ". Entre-temps, Paul Lembrechts avait lui-même été démissionné par le gouvernement flamand et la maison bruissait de rumeurs que sont par la suite venus confirmer deux rapports. Le premier, entamé par Audit Vlaanderen pour vérifier la véracité de ces bruits de couloir, vient d'être rendu public. Il empile allègrement petits et grands dysfonctionnements. La gestion ainsi que le suivi des contrats laissaient pour le moins à désirer. Lorsque la production télévisée achetait du matériel, pas grand monde ne s'inquiétait de savoir si ce matériel était vraiment nécessaire ni de ce qu'il devenait par la suite. Les procédures d'acquisition avaient également été régulièrement soit ignorées, soit contournées.Dans un autre rapport, portant sur 2018, la Cour des comptes se montre tout aussi critique sur la manière dont étaient passés certains marchés publics, sans mise en concurrence aucune. Ce rapport a été transmis à la VRT en 2019 et son inamovible président Luc Van den Brande était-il au courant? A-t-il en outre caché au conseil d'administration des informations essentielles lorsque Paul Lembrechts est venu y demander la démission de Peter Claes? Invité par le Parlement flamand à venir se justifier à huis clos, l'ex-ministre-président n'a convaincu que les partis de la majorité au sein desquels, compte tenu de ces remous du passé difficiles à effacer, on lui cherche déjà un successeur.