Les gouvernements belge et luxembourgeois ont donné leur accord mardi. À partir de 2022, un travailleur transfrontalier pourra ainsi travailler 34 jours en dehors de l'État où il exerce normalement son activité, sans conséquences fiscales négatives.

Les ministres fédéraux se sont rendus mardi à Luxembourg pour une réunion dite "Gäichel", c'est-à-dire une réunion entre les deux gouvernements. Il s'agissait de la onzième réunion conjointe. Le Premier ministre Alexander De Croo et son collègue Xavier Bettel ont ensuite souligné l'ampleur de la coopération entre les deux pays. Notre Premier ministre a fait notamment référence au soutien du Luxembourg après les inondations d'il y a quelques semaines, mais aussi à la coopération sur les rapatriements d'Afghanistan.

Une série d'accords

La réunion Belgo-Luxembourgeoise produit traditionnellement une série d'accords de petite et grande envergure. Sur le plan fiscal, l'accord sur le télétravail pour les quelque 48 000 travailleurs transfrontaliers en fait partie.

Les gouvernements belge et luxembourgeois ont donné leur accord mardi. À partir de 2022, un travailleur transfrontalier pourra ainsi travailler 34 jours en dehors de l'État où il exerce normalement son activité, sans conséquences fiscales négatives.Les ministres fédéraux se sont rendus mardi à Luxembourg pour une réunion dite "Gäichel", c'est-à-dire une réunion entre les deux gouvernements. Il s'agissait de la onzième réunion conjointe. Le Premier ministre Alexander De Croo et son collègue Xavier Bettel ont ensuite souligné l'ampleur de la coopération entre les deux pays. Notre Premier ministre a fait notamment référence au soutien du Luxembourg après les inondations d'il y a quelques semaines, mais aussi à la coopération sur les rapatriements d'Afghanistan. Une série d'accordsLa réunion Belgo-Luxembourgeoise produit traditionnellement une série d'accords de petite et grande envergure. Sur le plan fiscal, l'accord sur le télétravail pour les quelque 48 000 travailleurs transfrontaliers en fait partie.