Syndicats et autorités discutent depuis un certain temps autour d'un nouvel accord sectoriel pour les 60.000 agents de l'Etat belge. "Il faut un meilleur pouvoir d'achat pour ces fonctionnaires, et vite", insiste Gino Hoppe, représentant de la CGSP/ACOD Services publics. "Les barèmes salariaux n'ont pas évolué depuis 20 ans. Nous n'avons eu que l'index durant toutes ces années, mais c'est ce que tout le monde reçoit", explique M. Hoppe.

Outre une meilleure rémunération, les syndicats réclament un treizième mois complet pour les fonctionnaires. "Actuellement, ce 13e mois représente 60 à 65% du salaire pour les fonctionnaires."

Le gouvernement a déjà fait savoir aux représentants des fonctionnaires qu'il n'y avait pas de budget disponible. Il se serait toutefois engagé pour dégager certains moyens en 2023. "Mais on ne peut pas négocier comme cela. Nous voulons savoir quel budget précisément sera libéré", commentent les syndicats.

Leurs demandes doivent concerner en premier lieu, à leurs yeux, les plus faibles salaires de la fonction publique. Les représentants des travailleurs estiment que la proposition des chèque-repas est insuffisante. "Les chèques-repas sont, pour nous, la cerise sur le gâteau, mais il n'y a pas de gâteau."

Les syndicats envisagent quelques actions afin de faire passer leur message. Ils se rassembleront ainsi jeudi devant le cabinet de la ministre de la Fonction publique, Petra De Sutter (Groen), et soutiennent la journée d'action nationale dans les services publics, programmée le 31 mai.

Syndicats et autorités discutent depuis un certain temps autour d'un nouvel accord sectoriel pour les 60.000 agents de l'Etat belge. "Il faut un meilleur pouvoir d'achat pour ces fonctionnaires, et vite", insiste Gino Hoppe, représentant de la CGSP/ACOD Services publics. "Les barèmes salariaux n'ont pas évolué depuis 20 ans. Nous n'avons eu que l'index durant toutes ces années, mais c'est ce que tout le monde reçoit", explique M. Hoppe. Outre une meilleure rémunération, les syndicats réclament un treizième mois complet pour les fonctionnaires. "Actuellement, ce 13e mois représente 60 à 65% du salaire pour les fonctionnaires." Le gouvernement a déjà fait savoir aux représentants des fonctionnaires qu'il n'y avait pas de budget disponible. Il se serait toutefois engagé pour dégager certains moyens en 2023. "Mais on ne peut pas négocier comme cela. Nous voulons savoir quel budget précisément sera libéré", commentent les syndicats. Leurs demandes doivent concerner en premier lieu, à leurs yeux, les plus faibles salaires de la fonction publique. Les représentants des travailleurs estiment que la proposition des chèque-repas est insuffisante. "Les chèques-repas sont, pour nous, la cerise sur le gâteau, mais il n'y a pas de gâteau." Les syndicats envisagent quelques actions afin de faire passer leur message. Ils se rassembleront ainsi jeudi devant le cabinet de la ministre de la Fonction publique, Petra De Sutter (Groen), et soutiennent la journée d'action nationale dans les services publics, programmée le 31 mai.