La société IS4F, dans laquelle Belfius dispose d'une participation minoritaire, va délocaliser 200 emplois sur 360 vers la Pologne, explique Geert Haverbeke, délégué au SETCa. "Le personnel est indigné que Belfius, qui est quand même une banque publique, externalise des services vers la Pologne. En guise de protestation, quelque 180 travailleurs de l'entreprise vont se rendre jeudi après-midi devant le siège de Belfius". Malgré la promesse de ne procéder à aucun licenciement sec et de reclasser le personnel, les travailleurs sont inquiets, pointe encore le délégué syndical. De son côté, Martine Lefevre, du syndicat libéral, dit ne pas comprendre que Belfius puisse délocaliser une grande partie des services informatiques, qui sont très importants pour la banque. "Du savoir-faire disparaît de notre pays", regrette-t-elle. IS4F est en grande partie aux mains du groupe IBM.

La société IS4F, dans laquelle Belfius dispose d'une participation minoritaire, va délocaliser 200 emplois sur 360 vers la Pologne, explique Geert Haverbeke, délégué au SETCa. "Le personnel est indigné que Belfius, qui est quand même une banque publique, externalise des services vers la Pologne. En guise de protestation, quelque 180 travailleurs de l'entreprise vont se rendre jeudi après-midi devant le siège de Belfius". Malgré la promesse de ne procéder à aucun licenciement sec et de reclasser le personnel, les travailleurs sont inquiets, pointe encore le délégué syndical. De son côté, Martine Lefevre, du syndicat libéral, dit ne pas comprendre que Belfius puisse délocaliser une grande partie des services informatiques, qui sont très importants pour la banque. "Du savoir-faire disparaît de notre pays", regrette-t-elle. IS4F est en grande partie aux mains du groupe IBM.