Les syndicats des sites européens d'Opel ont décidé de former un front dans la perspective de nouvelles réductions de coûts au sein de la filiale européenne de General Motors.

Dans une lettre commune à Karl-Friedrich Stracke, patron d'Opel, les syndicats laissent entendre qu'aucune négociation ne sera entamée au niveau local. Les syndicats entendent ainsi éviter qu'Opel et sa maison-mère, GM, tentent de dresser les sites les uns contre les autres.

Le Wall Street Journal a annoncé la semaine dernière que General Motors prévoyait de fermer une ou deux usines en Europe dans le cadre de ses projets de réduction de coûts sur son unité Opel-Vauxhall, qui ne cesse de perdre de l'argent.

Trends.be, avec Belga

Les syndicats des sites européens d'Opel ont décidé de former un front dans la perspective de nouvelles réductions de coûts au sein de la filiale européenne de General Motors.Dans une lettre commune à Karl-Friedrich Stracke, patron d'Opel, les syndicats laissent entendre qu'aucune négociation ne sera entamée au niveau local. Les syndicats entendent ainsi éviter qu'Opel et sa maison-mère, GM, tentent de dresser les sites les uns contre les autres.Le Wall Street Journal a annoncé la semaine dernière que General Motors prévoyait de fermer une ou deux usines en Europe dans le cadre de ses projets de réduction de coûts sur son unité Opel-Vauxhall, qui ne cesse de perdre de l'argent.Trends.be, avec Belga