Selon Partena Professional, entre 2018 et 2021, les TPE/ PME belges ont moins d'absences du travail que dans les grandes entreprises. Avec un taux d'absence de 26,1%, les entreprises de moins de 50 salariés s'en sortent mieux que les entreprises de plus de 100 salariés (33,1%). Plus la taille de l'entreprise augmente, plus le taux des absences augmente puisqu'il passe progressivement à 36% ces trois dernières années.

L'Horeca grande victime de l'absentéisme au travail

Bien qu'entre 2018 et 2019, le taux d'absence soit resté à son niveau habituel pour chaque type d'entreprise, le chômage temporaire fait monter ce taux de plus de 6% entre 2020 et 2021. En effet, la crise du coronavirus a poussé de nombreuses entreprises, quelle que soit leur taille, à recourir au chômage temporaire. Particulièrement frappé, le secteur de l'Horeca est le secteur le plus durement touché (63,3%) par l'absentéisme entre 2020 et 2021, quand il est, en règle générale, plutôt épargné (24,7% entre 2018 et 2019). Les secteurs qui connaissent les plus hauts taux d'absentéisme au quotidien sont les secteurs de la construction (33,8%), de la santé et action sociale (32,6%) et de l'industrie manufacturière (30,1%).

Les femmes un peu plus que les hommes

Tous type d'entreprise et secteur confondus, les femmes connaissent un taux d'absence au travail (31,4%) sensiblement plus élevé que les hommes (26,7%). Une différence qui peut s'expliquer notamment par la popularité encore trop faible du congé parental pour les hommes. Chiffre néanmoins étonnant quand on sait qu'en 2007, lors de la première étude sur l'absentéisme de Partena Professional, hommes et femmes avaient un taux d'absence identique (24,3%).

Les ouvriers sont plus souvent absents que les employés ? Oui, mais...

L'étude menée par Partena Professional met aussi en avant une grande différence dans le taux d'absence entre les employés et les ouvriers. En effet, entre 2018 et 2021, les ouvriers ont été absents plus de 10% de plus que les employés (38% pour les ouvriers, 27% pour les employés). Une tendance qui n'est pas nouvelle mais qui ne fait qu'augmenter.

Selon Partena Professional, entre 2018 et 2021, les TPE/ PME belges ont moins d'absences du travail que dans les grandes entreprises. Avec un taux d'absence de 26,1%, les entreprises de moins de 50 salariés s'en sortent mieux que les entreprises de plus de 100 salariés (33,1%). Plus la taille de l'entreprise augmente, plus le taux des absences augmente puisqu'il passe progressivement à 36% ces trois dernières années.L'Horeca grande victime de l'absentéisme au travailBien qu'entre 2018 et 2019, le taux d'absence soit resté à son niveau habituel pour chaque type d'entreprise, le chômage temporaire fait monter ce taux de plus de 6% entre 2020 et 2021. En effet, la crise du coronavirus a poussé de nombreuses entreprises, quelle que soit leur taille, à recourir au chômage temporaire. Particulièrement frappé, le secteur de l'Horeca est le secteur le plus durement touché (63,3%) par l'absentéisme entre 2020 et 2021, quand il est, en règle générale, plutôt épargné (24,7% entre 2018 et 2019). Les secteurs qui connaissent les plus hauts taux d'absentéisme au quotidien sont les secteurs de la construction (33,8%), de la santé et action sociale (32,6%) et de l'industrie manufacturière (30,1%).Les femmes un peu plus que les hommesTous type d'entreprise et secteur confondus, les femmes connaissent un taux d'absence au travail (31,4%) sensiblement plus élevé que les hommes (26,7%). Une différence qui peut s'expliquer notamment par la popularité encore trop faible du congé parental pour les hommes. Chiffre néanmoins étonnant quand on sait qu'en 2007, lors de la première étude sur l'absentéisme de Partena Professional, hommes et femmes avaient un taux d'absence identique (24,3%).Les ouvriers sont plus souvent absents que les employés ? Oui, mais...L'étude menée par Partena Professional met aussi en avant une grande différence dans le taux d'absence entre les employés et les ouvriers. En effet, entre 2018 et 2021, les ouvriers ont été absents plus de 10% de plus que les employés (38% pour les ouvriers, 27% pour les employés). Une tendance qui n'est pas nouvelle mais qui ne fait qu'augmenter.