Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

26/09/18 à 10:53 - Mise à jour à 10:52

Les professeurs se plaignent du manque d'attention de leurs étudiants

C'est la rentrée à l'université, et les professeurs se plaignent de plus en plus souvent du manque d'attention de leurs étudiants. La faute aux ordinateurs connectés qui pullulent dans les amphithéâtres.

Les professeurs se plaignent du manque d'attention de leurs étudiants

© BELGA/Yorick Jansens

Aux Etats-Unis, et sans doute aussi en Europe, une personne touche son smartphone 2.600 fois par jour en moyenne. La même personne passe 4 heures et 40 minutes par jour en moyenne sur son smartphone et consulte son smartphone environ toutes les 12 minutes.

Avec ces simples chiffres, pas besoin de se gratter longtemps la tête pour comprendre que nous sommes devenus collectivement accros de nos téléphones portables. L'historien israélien Yuval Noah Harari, que je cite souvent dans ces chroniques et que le magazine Le Point considère comme le penseur le plus puissant de la planète, préconise un remède simple contre cette addiction au smartphone. Dans son cas, il n'utilise jamais un smartphone en-dehors de sa maison. A la place, il lit.

Si je parle de cette addiction à Internet, c'est que pour la rentrée universitaire, mes confrères du journal Le Monde ont eu l'excellente idée de réaliser une enquête auprès des professeurs d'université. Résultat : la plupart des professeurs se plaignent du manque d'attention de leurs étudiants. Aujourd'hui, c'est simple dit l'un d'eux : si vous regardez un amphithéâtre, vous avez l'impression d'être dans un immense cybercafé. Tous les étudiants sont derrière leur écran et tapent sur leur clavier pour prendre des notes de cours - enfin, ça c'est ce qu'on croit. En réalité, certains étudiants sont en train de s'amuser sur Facebook, d'autres regardent leurs emails et d'autres font leurs soldes sur un site de e-commerce. Face à cette attitude, certains professeurs interrogés par le journal Le Monde ont décidé de simplement interdire tout appareil connecté durant leurs cours. Ces appareils sont ce qu'ils appellent des armes de distraction massive.

Croire que la jeune génération est capable de faire deux choses à la fois est juste un mythe

Toutes les études qui ont été réalisées sur ce sujet montre qu'un étudiant qui prend note au cours avec un bon vieux stylo et du papier avait en moyenne de meilleurs résultats que ceux ou celles qui prennent note mot à mot sur leur ordinateur mais sans discernement et de manière stupide. Et encore, ces études n'avaient pas encore mesuré la dispersion de l'attention au profit des réseaux sociaux pendant le cours ; Bien entendu, il n'y a pas que l'interdiction des ordinateurs dans les amphithéâtres qui peut marcher. D'autres professeurs interrogés par Le Monde préfèrent éviter toute prise de note à leurs élèves. Ils leur envoient le contenu du cours avant et le cours ne sert qu'à discuter et à débattre du sujet, un peu comme dans les grandes universités américaines. C'est également une bonne manière de recapter l'attention des étudiants.

Pour résumer cette enquête, les étudiants qui nous lissent doivent comprendre que l'attention reste la principale source pour apprendre. Et le fameux mythe qui consiste à croire que la jeune génération est capable de faire deux choses à la fois est juste un mythe, une croyance sans fondement. Des études l'ont déjà prouvé - quelqu'un qui conduit une voiture tout en téléphonant, et même s'il le fait avec un téléphone intégré dans sa voiture, est dans le même état d'éveil qu'un conducteur qui aurait bu des boissons alcoolisées. Qu'on le veuille ou non, pour l'espèce humaine, la principale ressource pour apprendre, c'est encore l'attention !

Nos partenaires