Ces hausses s'observent tant pour les véhicules d'occasion récents de moins de 3 ans que pour les véhicules plus âgés, entre 5 et 10 ans. Pour cette dernière catégorie, la hausse est même de 27,6% en un an, à 16.383 euros.

La fédération de la mobilité Traxio souligne qu'une nouvelle fois, le marché de l'occasion a été deux fois plus important que le marché des voitures neuves. Ainsi, le mois dernier, 52.924 véhicules d'occasion ont été immatriculés en Belgique, soit 6,4% de plus que le même mois en 2020. Dans le même temps, le marché du neuf a connu un recul de plus de 17% en un an, pour tomber à 24.457 nouvelles immatriculations.

"La pénurie de semi-conducteurs continue à jouer des tours au marché du neuf, mais le domaine de la seconde main devient aussi plus tendu", analyse un porte-parole de Traxio. "S'il y a moins de voitures neuves sur le marché, il y a aussi moins de véhicules atterrissant sur le marché de l'occasion. Et ce n'est pas uniquement la longue attente pour une nouvelle voiture qui joue, mais aussi les hausses de prix et l'incertitude sur le modèle de l'avenir. Quand la Flandre propose de ne plus accepter que des versions électriques comme nouvelles immatriculations dès 2029, cela génère une certaine confusion. Le consommateur se demande s'il est opportun de changer de véhicule aujourd'hui et quel type choisir."

Ces hausses s'observent tant pour les véhicules d'occasion récents de moins de 3 ans que pour les véhicules plus âgés, entre 5 et 10 ans. Pour cette dernière catégorie, la hausse est même de 27,6% en un an, à 16.383 euros. La fédération de la mobilité Traxio souligne qu'une nouvelle fois, le marché de l'occasion a été deux fois plus important que le marché des voitures neuves. Ainsi, le mois dernier, 52.924 véhicules d'occasion ont été immatriculés en Belgique, soit 6,4% de plus que le même mois en 2020. Dans le même temps, le marché du neuf a connu un recul de plus de 17% en un an, pour tomber à 24.457 nouvelles immatriculations. "La pénurie de semi-conducteurs continue à jouer des tours au marché du neuf, mais le domaine de la seconde main devient aussi plus tendu", analyse un porte-parole de Traxio. "S'il y a moins de voitures neuves sur le marché, il y a aussi moins de véhicules atterrissant sur le marché de l'occasion. Et ce n'est pas uniquement la longue attente pour une nouvelle voiture qui joue, mais aussi les hausses de prix et l'incertitude sur le modèle de l'avenir. Quand la Flandre propose de ne plus accepter que des versions électriques comme nouvelles immatriculations dès 2029, cela génère une certaine confusion. Le consommateur se demande s'il est opportun de changer de véhicule aujourd'hui et quel type choisir."