Du 1er janvier 2021 à la fin du 1er trimestre 2022, ce sont ainsi 3.032 demandes d'enregistrement qui ont été transmises à la Sowalfin pour un montant levé par les entreprises de 21,9 millions d'euros, a indiqué le ministre wallon de l'Économie, Willy Borsus, mardi, lors d'une visite à la menuiserie Hartman établie à Libramont.

A titre de comparaison, en 2020, seuls 5 millions avaient été levés grâce à ce programme, a expliqué le ministre.

Les prêts Coup de pouce permettent aux particuliers de prêter de l'argent aux entreprises et indépendants wallons afin de financer leurs activités. En contrepartie, les prêteurs bénéficient d'un avantage fiscal sous la forme d'un crédit d'impôt annuel de 4% pendant les 4 premières années, puis de 2,5% les années suivantes.

Lancé en 2016, le système a été revu au tout début de 2021 afin d'être plus attractif pour toutes les parties. Les plafonds ont ainsi été revus à la hausse - de 100.000 à 250.000 pour les emprunteurs et de 50.000 à 125.000 pour les prêteurs - et la durée possible du prêt a été allongée. Une possibilité de remboursement anticipatif a également été ajoutée, tout comme une garantie publique de 30% en cas de faillite. Afin de simplifier le mécanisme, le gouvernement a décidé d'autoriser l'octroi, par la Sowalfin, d'un prêt subordonné en parallèle du prêt Coup de pouce.

À la tête de sa menuiserie de Libramont, Célestin Hartman, 28 ans, a bénéficié à deux reprises de ce type de prêt. Une première fois pour acheter sa toute première camionnette; une deuxième, tout récemment, pour financer le développement de son entreprise, acheter un hangar et de nouvelles machines. Sous les yeux du ministre Borsus, il confirme la simplicité d'un système - "c'est presque plus facile que d'aller à la banque" - qui l'a aidé à se lancer professionnellement et le soutient aujourd'hui dans son extension.

Le dispositif Coup de pouce est disponible jusqu'à la fin de 2022. "Il sera évalué dans le courant de cette année et nous verrons pour l'avenir", a enfin déclaré Willy Borsus.

Du 1er janvier 2021 à la fin du 1er trimestre 2022, ce sont ainsi 3.032 demandes d'enregistrement qui ont été transmises à la Sowalfin pour un montant levé par les entreprises de 21,9 millions d'euros, a indiqué le ministre wallon de l'Économie, Willy Borsus, mardi, lors d'une visite à la menuiserie Hartman établie à Libramont.A titre de comparaison, en 2020, seuls 5 millions avaient été levés grâce à ce programme, a expliqué le ministre. Les prêts Coup de pouce permettent aux particuliers de prêter de l'argent aux entreprises et indépendants wallons afin de financer leurs activités. En contrepartie, les prêteurs bénéficient d'un avantage fiscal sous la forme d'un crédit d'impôt annuel de 4% pendant les 4 premières années, puis de 2,5% les années suivantes. Lancé en 2016, le système a été revu au tout début de 2021 afin d'être plus attractif pour toutes les parties. Les plafonds ont ainsi été revus à la hausse - de 100.000 à 250.000 pour les emprunteurs et de 50.000 à 125.000 pour les prêteurs - et la durée possible du prêt a été allongée. Une possibilité de remboursement anticipatif a également été ajoutée, tout comme une garantie publique de 30% en cas de faillite. Afin de simplifier le mécanisme, le gouvernement a décidé d'autoriser l'octroi, par la Sowalfin, d'un prêt subordonné en parallèle du prêt Coup de pouce. À la tête de sa menuiserie de Libramont, Célestin Hartman, 28 ans, a bénéficié à deux reprises de ce type de prêt. Une première fois pour acheter sa toute première camionnette; une deuxième, tout récemment, pour financer le développement de son entreprise, acheter un hangar et de nouvelles machines. Sous les yeux du ministre Borsus, il confirme la simplicité d'un système - "c'est presque plus facile que d'aller à la banque" - qui l'a aidé à se lancer professionnellement et le soutient aujourd'hui dans son extension.Le dispositif Coup de pouce est disponible jusqu'à la fin de 2022. "Il sera évalué dans le courant de cette année et nous verrons pour l'avenir", a enfin déclaré Willy Borsus.