"On ne peut pas aller dans les toboggans seul, mais se retrouver à 6 personnes de familles différentes dans le petit jacuzzi est permis ?", s'étonne, incrédule, un visiteur du parc aquatique Plopsaqua Hannut-Landen.
...

"On ne peut pas aller dans les toboggans seul, mais se retrouver à 6 personnes de familles différentes dans le petit jacuzzi est permis ?", s'étonne, incrédule, un visiteur du parc aquatique Plopsaqua Hannut-Landen. Les règles sanitaires édictées par le Codeco du 22 décembre dernier donnent en effet des conditions d'accès au parc aquatique assez discutables. Ainsi, la partie récréative du complexe - ses toboggans et la rivière sauvage - est fermée, mais pas son jacuzzi à la taille réduite, ni les bassins ludiques ou encore la grande piscine à vagues où se mixent pourtant de nombreux adultes et enfants. La piscine sportive, dans laquelle les distances sont facilement mieux respectées, reste aussi accessible aux nageurs. Même situation du côté de Plopsaqua De Panne qui a rouvert ses portes le 1er janvier 2022, avec une capacité limitée. "Toutes les piscines sont ouvertes, à l'exception des toboggans, des aires de jeux aquatiques, de la rivière sauvage,... Les adultes peuvent acheter des billets au tarif enfant !", peut-on lire sur son site internet.Par ailleurs, les personnes qui ont souscrit un abonnement annuel à Plopsaqua critiquent le manque de transparence de la société dans les informations communiquées. "Nous avons reçu un mail en date du jeudi 23 décembre qui nous annonçait que l'établissement était fermé jusqu'au 28 janvier et que notre abonnement serait prolongé du nombre de jours de fermeture, sans nous expliquer clairement que la partie sportive restait accessible ", explique une abonnée de l'établissement. Depuis, elle n'a plus reçu d'autres informations par mail et a fait une croix sur une visite en famille pendant les vacances de fin d'année, tout comme sur ses séances de natation hebdomadaires. "Et maintenant, nous apprenons uniquement via Facebook que certaines parties de Plopsaqua sont quand même accessibles et que nos abonnements ne seront pas prolongés,...", déplore-t-elle. En effet, vu que la fermeture de Plopsaqua n'est pas totale, il n'y aura pas de prolongation des abonnements. Un tarif réduit à -50% est pourtant offert aux visiteurs d'un jour, pour compenser les attractions aquatiques fermées. "Pourquoi ne pas faire aussi un geste commercial envers les abonnés alors? ", s'interroge un internaute sur la page Facebook du parc aquatique.Contacté par nos soins par mail, le service clientèle du groupe répond que les abonnements ne seront pas prolongés. Au téléphone, un autre employé nous explique que des discussions sont en cours à ce sujet et que la position du groupe pourrait encore changer. Le service clientèle admet que les règles sanitaires ne sont pas toujours faciles à comprendre, ni à mettre en application tant pour eux que pour les visiteurs. Ce qui donne lieu à ce genre de situation un brin surréaliste.Aqualibi, un autre parc aquatique du pays, a, de son côté, dû fermer totalement son établissement le 26 décembre dernier. Aqualibi ne dispose pas de bassin de natation classique, autorisé à rester ouvert. Les abonnements de ses clients seront automatiquement prolongés au prorata du nombre de jours de fermeture imposés par le dernier Codeco du 22 décembre, annonce l'établissement sur son site. Aucune date n'est encore arrêtée à ce jour.