Ouvrant normalement leurs portes en mars ou avril avant le début de la saison, les parcs d'attractions ont dû attendre le 1er juillet cette année, en raison de la pandémie de coronavirus. De plus, la capacité d'accueil des visiteurs était encore limitée durant l'été en raison des mesures d'hygiène.

Walibi et Aqualibi ont ainsi perdu la moitié de leurs visiteurs pour l'été 2020 et la moitié du chiffre d'affaires par rapport à l'année dernière. Selon le parc, cela est dû à la fermeture complète du site jusqu'au 1er juillet et au taux d'occupation limité pendant la haute saison, en juillet et août.

Même son de cloche pour Plopsa qui a pu accueillir 40% de sa capacité au début de l'été pour n'atteindre que 25 à 30% lors de la "deuxième vague". Au total, les parcs de Plopsa ont accueilli environ 65% de visiteurs en moins. Pour l'instant, Plopsa estime une perte de 45% de son chiffre d'affaires.

Bobbejaanland observe une tendance similaire. Le parc reçoit moitié moins de visiteurs et les revenus suivent également cette lignée. Bobbejaanland a toutefois connu une augmentation des dépenses dans le parc. "Les visiteurs semblaient avoir plus de budget dans leur poche et, grâce aux temps d'attente plus courts, ils avaient plus de temps pour visiter les magasins ou prendre quelque chose à manger ou à boire dans le parc", explique Peggy Verelst, directrice commerciale de Bobbejaanland.

Ouvrant normalement leurs portes en mars ou avril avant le début de la saison, les parcs d'attractions ont dû attendre le 1er juillet cette année, en raison de la pandémie de coronavirus. De plus, la capacité d'accueil des visiteurs était encore limitée durant l'été en raison des mesures d'hygiène. Walibi et Aqualibi ont ainsi perdu la moitié de leurs visiteurs pour l'été 2020 et la moitié du chiffre d'affaires par rapport à l'année dernière. Selon le parc, cela est dû à la fermeture complète du site jusqu'au 1er juillet et au taux d'occupation limité pendant la haute saison, en juillet et août. Même son de cloche pour Plopsa qui a pu accueillir 40% de sa capacité au début de l'été pour n'atteindre que 25 à 30% lors de la "deuxième vague". Au total, les parcs de Plopsa ont accueilli environ 65% de visiteurs en moins. Pour l'instant, Plopsa estime une perte de 45% de son chiffre d'affaires. Bobbejaanland observe une tendance similaire. Le parc reçoit moitié moins de visiteurs et les revenus suivent également cette lignée. Bobbejaanland a toutefois connu une augmentation des dépenses dans le parc. "Les visiteurs semblaient avoir plus de budget dans leur poche et, grâce aux temps d'attente plus courts, ils avaient plus de temps pour visiter les magasins ou prendre quelque chose à manger ou à boire dans le parc", explique Peggy Verelst, directrice commerciale de Bobbejaanland.