Selon les informations des quotidiens économiques, le groupe a confié à la banque d'affaires Rothschild le mandat d'examiner ce qu'il appelle les "options stratégiques" qui se présentent pour son entité belge. Une expression quasi synonyme de "cession" dans le jargon financier, notent les quotidiens qui précisent que des discussions seraient d'ailleurs déjà en cours avec des candidats acquéreurs potentiels.

En Belgique, le groupe allemand opère à travers 17 magasins: 11 Metro et 6 Makro. Il possède également en grande partie les immeubles où ils sont logés.

Arrivé chez nous en 1970 pour servir exclusivement les indépendants et professions libérales, le groupe a décidé en 2017 d'élargir l'accès de ses supermarchés Makro au grand public en y proposant des produits alimentaires de qualité ainsi que des articles festifs et de décoration. Les magasins Metro sont restés quant à eux réservés aux professionnels de l'horeca. Cette réorientation partielle n'a pas empêché l'entité belge de Metro d'accumuler les pertes, respectivement de 67 millions d'euros en 2018/2019 et 44 millions en 2019/2020 pour des chiffres d'affaires successifs de 738 et 714 millions d'euros.

Selon les informations des quotidiens économiques, le groupe a confié à la banque d'affaires Rothschild le mandat d'examiner ce qu'il appelle les "options stratégiques" qui se présentent pour son entité belge. Une expression quasi synonyme de "cession" dans le jargon financier, notent les quotidiens qui précisent que des discussions seraient d'ailleurs déjà en cours avec des candidats acquéreurs potentiels. En Belgique, le groupe allemand opère à travers 17 magasins: 11 Metro et 6 Makro. Il possède également en grande partie les immeubles où ils sont logés. Arrivé chez nous en 1970 pour servir exclusivement les indépendants et professions libérales, le groupe a décidé en 2017 d'élargir l'accès de ses supermarchés Makro au grand public en y proposant des produits alimentaires de qualité ainsi que des articles festifs et de décoration. Les magasins Metro sont restés quant à eux réservés aux professionnels de l'horeca. Cette réorientation partielle n'a pas empêché l'entité belge de Metro d'accumuler les pertes, respectivement de 67 millions d'euros en 2018/2019 et 44 millions en 2019/2020 pour des chiffres d'affaires successifs de 738 et 714 millions d'euros.