Une entreprise belge sur cinq a été victime de pratiques frauduleuses au moins une fois au cours des cinq dernières années. Cela représente à peu près 10% en moins par rapport à l'année précédente.

"De plus en plus d'entreprises sont conscientes de la menace frauduleuse. Elles prennent des mesures et réussissent clairement à empêcher les attaques. Cette conscientisation implique également que les fraudeurs ciblent plus leurs victimes. Ils ne passent à l'action que lorsqu'ils sont convaincus de pouvoir réaliser un 'gros coup'", explique-t-on au sein du bureau de consultance.

Bien que la cybercriminalité soit la forme la plus populaire de fraude en Belgique (29% des cas), ce n'est pas celle qui rapporte le plus. Ce titre revient aux délits commis par les employés des entreprises. Le montant est en effet six fois plus élevé dans ce cas. Les dommages causés par ce type de fraude peuvent ainsi s'élever jusqu'à 370.000 euros alors que les entreprises enregistrent des pertes d'un montant de 70.000 euros en moyenne lorsqu'il est dû à quelqu'un d'externe.

La fraude interne représente la moitié (45%) de tous les cas de fraudes. "Les collaborateurs internes peuvent parfois agir pendant des années, et donc dérober beaucoup plus d'argent, sans être remarqués", met en garde BDO.

Une entreprise belge sur cinq a été victime de pratiques frauduleuses au moins une fois au cours des cinq dernières années. Cela représente à peu près 10% en moins par rapport à l'année précédente. "De plus en plus d'entreprises sont conscientes de la menace frauduleuse. Elles prennent des mesures et réussissent clairement à empêcher les attaques. Cette conscientisation implique également que les fraudeurs ciblent plus leurs victimes. Ils ne passent à l'action que lorsqu'ils sont convaincus de pouvoir réaliser un 'gros coup'", explique-t-on au sein du bureau de consultance. Bien que la cybercriminalité soit la forme la plus populaire de fraude en Belgique (29% des cas), ce n'est pas celle qui rapporte le plus. Ce titre revient aux délits commis par les employés des entreprises. Le montant est en effet six fois plus élevé dans ce cas. Les dommages causés par ce type de fraude peuvent ainsi s'élever jusqu'à 370.000 euros alors que les entreprises enregistrent des pertes d'un montant de 70.000 euros en moyenne lorsqu'il est dû à quelqu'un d'externe. La fraude interne représente la moitié (45%) de tous les cas de fraudes. "Les collaborateurs internes peuvent parfois agir pendant des années, et donc dérober beaucoup plus d'argent, sans être remarqués", met en garde BDO.