La députée flamande Open Vld a fondé cette association en 2018 dans la commune bruxelloise de Molenbeek-Saint-Jean. Ce projet "jeunesse" est né dans le contexte du Plan Canal développé par l'ancien gouvernement de Charles Michel, dans le cadre de la lutte contre le radicalisme et le terrorisme. Au total, l'asbl a reçu 200.000 euros de subsides.

Mais selon un e-mail dont VTM a obtenu copie, une partie de ce subside aurait été utilisé pour un dressing dans l'habitation privée de Mme El Kaouakibi. La ministre de l'Intérieur a dès lors décidé d'éplucher les factures de l'asbl, indique son cabinet, confirmant une infirmation publiée par Het Nieuwsblad.

Sihame El Kaouakibi est dans la tourmente depuis un certain temps en Flandre dans une affaire concernant l'affectation des subsides accordées à son asbl anversoise Let's Go Urban. Plus de 450.000 euros auraient été détournés au profit d'autres activités de la libérale.

Selon un rapport rédigé par l'avocat et ancien ministre socialiste Johan Vande Lanotte et rendu public fin février, il n'y a pas eu d'enrichissement personnel ou de mauvaise utilisation des subsides malgré une "gestion financière bâclée" et '"un manque de transparence interne".

La députée flamande Open Vld a fondé cette association en 2018 dans la commune bruxelloise de Molenbeek-Saint-Jean. Ce projet "jeunesse" est né dans le contexte du Plan Canal développé par l'ancien gouvernement de Charles Michel, dans le cadre de la lutte contre le radicalisme et le terrorisme. Au total, l'asbl a reçu 200.000 euros de subsides. Mais selon un e-mail dont VTM a obtenu copie, une partie de ce subside aurait été utilisé pour un dressing dans l'habitation privée de Mme El Kaouakibi. La ministre de l'Intérieur a dès lors décidé d'éplucher les factures de l'asbl, indique son cabinet, confirmant une infirmation publiée par Het Nieuwsblad. Sihame El Kaouakibi est dans la tourmente depuis un certain temps en Flandre dans une affaire concernant l'affectation des subsides accordées à son asbl anversoise Let's Go Urban. Plus de 450.000 euros auraient été détournés au profit d'autres activités de la libérale. Selon un rapport rédigé par l'avocat et ancien ministre socialiste Johan Vande Lanotte et rendu public fin février, il n'y a pas eu d'enrichissement personnel ou de mauvaise utilisation des subsides malgré une "gestion financière bâclée" et '"un manque de transparence interne".