L'auditorat du travail d'Anvers avait introduit lundi un appel contre la décision de la chambre du conseil de Malines de libérer les deux dirigeants sous conditions. Les deux hommes, ainsi que le responsable du dépôt de Willebroek, ont été arrêtés mardi par le juge d'instruction pour suspicion dans un dossier relatif à une organisation criminelle et à un trafic d'êtres humains. La libération du troisième suspect n'avait fait l'objet d'aucun recours.

Les trois inculpés comparaissaient vendredi dernier devant le tribunal, qui avait accordé la libération sous conditions de Rudy Van Rillaer et sans conditions des deux autres. Cependant, l'auditorat du travail d'Anvers avait fait appel lundi de la libération de MM. Van Rillaer et de Bruin, ce qui signifiait leur maintien en détention jusqu'à leur comparution devant la chambre de mise en accusation une quinzaine de jours plus tard. Le directeur du dépôt, Jimmy A., avait, lui, été libéré dès lundi.

Le juge d'instruction a finalement libéré sous conditions Rudy Van Rillaer et John de Bruin mercredi. Les conditions de leur libération ne sont pas encore connues. Le juge d'instruction a estimé que les données nécessaires à l'enquête avaient été mises à disposition par la société postale et que la détention des deux personnes n'était dès lors plus indispensable.

L'auditorat du travail d'Anvers avait introduit lundi un appel contre la décision de la chambre du conseil de Malines de libérer les deux dirigeants sous conditions. Les deux hommes, ainsi que le responsable du dépôt de Willebroek, ont été arrêtés mardi par le juge d'instruction pour suspicion dans un dossier relatif à une organisation criminelle et à un trafic d'êtres humains. La libération du troisième suspect n'avait fait l'objet d'aucun recours. Les trois inculpés comparaissaient vendredi dernier devant le tribunal, qui avait accordé la libération sous conditions de Rudy Van Rillaer et sans conditions des deux autres. Cependant, l'auditorat du travail d'Anvers avait fait appel lundi de la libération de MM. Van Rillaer et de Bruin, ce qui signifiait leur maintien en détention jusqu'à leur comparution devant la chambre de mise en accusation une quinzaine de jours plus tard. Le directeur du dépôt, Jimmy A., avait, lui, été libéré dès lundi.Le juge d'instruction a finalement libéré sous conditions Rudy Van Rillaer et John de Bruin mercredi. Les conditions de leur libération ne sont pas encore connues. Le juge d'instruction a estimé que les données nécessaires à l'enquête avaient été mises à disposition par la société postale et que la détention des deux personnes n'était dès lors plus indispensable.