Ces discussions n'en sont qu'au stade exploratoire, précise le quotidien. Si toutefois cela devait aller plus loin, il pourrait s'agir d'une des plus grandes fusions d'entreprises.

Un rapprochement éventuel rassemblerait deux anciennes branches de l'ancien monopole pétrolier Standard Oil, de John D. Rockefeller, dissout en 1911 par le régulateur américain du secteur.

Les deux sociétés présentent une valeur de marché combinée de 350 milliards de dollars. Elles pourraient constituer le second plus grand groupe pétrolier au monde, en valeur et en production, derrière le saoudien Aramco.

Il faut cependant tenir compte d'éventuelles conditions imposées par les gendarmes de la concurrence si une telle fusion devait voir le jour.

Ces discussions n'en sont qu'au stade exploratoire, précise le quotidien. Si toutefois cela devait aller plus loin, il pourrait s'agir d'une des plus grandes fusions d'entreprises. Un rapprochement éventuel rassemblerait deux anciennes branches de l'ancien monopole pétrolier Standard Oil, de John D. Rockefeller, dissout en 1911 par le régulateur américain du secteur. Les deux sociétés présentent une valeur de marché combinée de 350 milliards de dollars. Elles pourraient constituer le second plus grand groupe pétrolier au monde, en valeur et en production, derrière le saoudien Aramco. Il faut cependant tenir compte d'éventuelles conditions imposées par les gendarmes de la concurrence si une telle fusion devait voir le jour.