Pour l'ensemble de la zone euro et de l'Union européenne, les coûts horaires de la main-d'oeuvre s'élevaient l'an dernier à respectivement 31,4 euros et 27,7 euros, soit 2,5% et 2,9% de plus qu'en 2018. La croissance des coûts horaires en Belgique a donc été moins forte l'an dernier que dans la zone euro et l'UE.

Selon l'office européen de statistiques, les coûts horaires de la main-d'oeuvre les plus faibles ont été enregistrés en Bulgarie (6,0 euros), en Roumanie (7,7 euros), en Lituanie (9,4 euros), en Hongrie et en Lettonie (9,9 euros chacun), et les plus élevés, outre le Danemark, le Luxembourg et la Belgique, se trouvaient en France (36,6 euros), aux Pays-Bas (36,4 euros), en Suède (36,3 euros), en Allemagne (35,6 euros) et en Autriche (34,7 euros).

Les coûts de la main-d'oeuvre comprennent les salaires et traitements auxquels s'ajoutent les coûts non salariaux tels que les cotisations sociales à la charge des employeurs.

Pour l'ensemble de la zone euro et de l'Union européenne, les coûts horaires de la main-d'oeuvre s'élevaient l'an dernier à respectivement 31,4 euros et 27,7 euros, soit 2,5% et 2,9% de plus qu'en 2018. La croissance des coûts horaires en Belgique a donc été moins forte l'an dernier que dans la zone euro et l'UE. Selon l'office européen de statistiques, les coûts horaires de la main-d'oeuvre les plus faibles ont été enregistrés en Bulgarie (6,0 euros), en Roumanie (7,7 euros), en Lituanie (9,4 euros), en Hongrie et en Lettonie (9,9 euros chacun), et les plus élevés, outre le Danemark, le Luxembourg et la Belgique, se trouvaient en France (36,6 euros), aux Pays-Bas (36,4 euros), en Suède (36,3 euros), en Allemagne (35,6 euros) et en Autriche (34,7 euros). Les coûts de la main-d'oeuvre comprennent les salaires et traitements auxquels s'ajoutent les coûts non salariaux tels que les cotisations sociales à la charge des employeurs.