Dans la foulée, Lufthansa, premier groupe aérien européen, ainsi qu'Air France ont annoncé éviter "jusqu'à nouvel ordre", le survol de l'Afghanistan. British Airways et Virgin Atlantic ont également indiqué qu'elles n'empruntaient plus l'espace aérien afghan".

Dans une Notam ("notice to airmen" ou message aux navigants aériens), l'ACAA "conseille aux avions en transit de se dérouter". "Tout transit dans l'espace aérien de Kaboul sera non contrôlé", ajoute-t-elle.

Lufthansa a indiqué que "toutes les compagnies aériennes du groupe suspendent les survols de l'Afghanistan jusqu'à nouvel ordre", dans un communiqué transmis à l'AFP.

"Ces mesures visent à assurer la sécurité aérienne", a précisé le groupe allemand, qui détient les compagnies Swiss, Austrian Airlines, Brussel Airlines et Eurowings.

"En conséquence, le temps de trajet sur les vols à destination de l'Inde, entre autres, sera prolongé d'une heure au maximum", a précisé le groupe.

Pour Air France, l'évitement de l'Afghanistan conduit à un déroutement des vols à destination notamment de Bangkok, Ho Chi Minh-Ville, Dehli ou encore Singapour.

Les talibans ont repris Kaboul dimanche, poussant ressortissants étrangers et de nombreux Afghans à tenter en catastrophe de quitter le pays. A l'aéroport Hamid Karzaï de Kaboul, où un pont aérien a été mis en place, l'envahissement des pistes par des Afghans affolés a provoqué l'annulation des vols commerciaux.

Sur l'aéroport, une noria d'avions militaires, essentiellement américains évacuait personnels diplomatiques et leurs employés locaux.

Lufthansa "étudie en ce moment, en coopération avec le ministère des Affaires étrangères, comment soutenir rapidement le gouvernement pour l'évacuation des citoyens allemands et des forces locales", a d'ailleurs indiqué le groupe.

Un premier appareil de la Bundeswehr (armée allemande) s'est déjà envolé dimanche soir pour Kaboul pour participer dans les prochains jours à cette opération d'évacuation.

La France a de son côté prévu d'ici lundi soir une première rotation aérienne d'évacuation de Kaboul à l'aide de deux avions de transport C130 et A400M dépêchés dans la région.

Dans la foulée, Lufthansa, premier groupe aérien européen, ainsi qu'Air France ont annoncé éviter "jusqu'à nouvel ordre", le survol de l'Afghanistan. British Airways et Virgin Atlantic ont également indiqué qu'elles n'empruntaient plus l'espace aérien afghan".Dans une Notam ("notice to airmen" ou message aux navigants aériens), l'ACAA "conseille aux avions en transit de se dérouter". "Tout transit dans l'espace aérien de Kaboul sera non contrôlé", ajoute-t-elle.Lufthansa a indiqué que "toutes les compagnies aériennes du groupe suspendent les survols de l'Afghanistan jusqu'à nouvel ordre", dans un communiqué transmis à l'AFP."Ces mesures visent à assurer la sécurité aérienne", a précisé le groupe allemand, qui détient les compagnies Swiss, Austrian Airlines, Brussel Airlines et Eurowings."En conséquence, le temps de trajet sur les vols à destination de l'Inde, entre autres, sera prolongé d'une heure au maximum", a précisé le groupe.Pour Air France, l'évitement de l'Afghanistan conduit à un déroutement des vols à destination notamment de Bangkok, Ho Chi Minh-Ville, Dehli ou encore Singapour.Les talibans ont repris Kaboul dimanche, poussant ressortissants étrangers et de nombreux Afghans à tenter en catastrophe de quitter le pays. A l'aéroport Hamid Karzaï de Kaboul, où un pont aérien a été mis en place, l'envahissement des pistes par des Afghans affolés a provoqué l'annulation des vols commerciaux.Sur l'aéroport, une noria d'avions militaires, essentiellement américains évacuait personnels diplomatiques et leurs employés locaux.Lufthansa "étudie en ce moment, en coopération avec le ministère des Affaires étrangères, comment soutenir rapidement le gouvernement pour l'évacuation des citoyens allemands et des forces locales", a d'ailleurs indiqué le groupe.Un premier appareil de la Bundeswehr (armée allemande) s'est déjà envolé dimanche soir pour Kaboul pour participer dans les prochains jours à cette opération d'évacuation.La France a de son côté prévu d'ici lundi soir une première rotation aérienne d'évacuation de Kaboul à l'aide de deux avions de transport C130 et A400M dépêchés dans la région.