Une semaine avant le début des promotions, les ventes sont en légère augmentation par rapport à l'année dernière, les stocks demeurent conséquents et composent même jusqu'à 40% de la marchandise pour 7 commerçants sur 10. Des démarques importantes sont donc attendues dès les premiers jours. La moitié des détaillants confient vouloir vendre certains de leurs produits à -30%.

L'étude, menée auprès de 150 commerçants, montre l'optimisme de ces derniers concernant la période de soldes de cet été. Un peu plus de 6 commerçants sur 10 s'attendent à un chiffre d'affaires stable ou en hausse par rapport à l'année précédente. Cependant, 75% d'entre eux craignent de voir les consommateurs réduire leurs achats à cause de l'inflation et des prix galopants de l'énergie.

Bien que les ventes soient en légère hausse par rapport à l'année précédente, elles restent en dessous des chiffres de la période avant la pandémie, souligne le SNI dans un communiqué.

L'étude constate enfin que les commerçants restent attachés à la période des soldes, même s'ils préféreraient la voir évoluer. Plus d'un quart des sondés souhaiterait en effet la voir prolongée jusqu'au 15 août, ou la décaler en août pour mieux correspondre aux habitudes de consommation de la population notamment avant la rentrée scolaire, remarque le SNI. "Ce sont des discussions qu'il faudra avoir avec le ministre de l'Économie."

Une semaine avant le début des promotions, les ventes sont en légère augmentation par rapport à l'année dernière, les stocks demeurent conséquents et composent même jusqu'à 40% de la marchandise pour 7 commerçants sur 10. Des démarques importantes sont donc attendues dès les premiers jours. La moitié des détaillants confient vouloir vendre certains de leurs produits à -30%. L'étude, menée auprès de 150 commerçants, montre l'optimisme de ces derniers concernant la période de soldes de cet été. Un peu plus de 6 commerçants sur 10 s'attendent à un chiffre d'affaires stable ou en hausse par rapport à l'année précédente. Cependant, 75% d'entre eux craignent de voir les consommateurs réduire leurs achats à cause de l'inflation et des prix galopants de l'énergie. Bien que les ventes soient en légère hausse par rapport à l'année précédente, elles restent en dessous des chiffres de la période avant la pandémie, souligne le SNI dans un communiqué. L'étude constate enfin que les commerçants restent attachés à la période des soldes, même s'ils préféreraient la voir évoluer. Plus d'un quart des sondés souhaiterait en effet la voir prolongée jusqu'au 15 août, ou la décaler en août pour mieux correspondre aux habitudes de consommation de la population notamment avant la rentrée scolaire, remarque le SNI. "Ce sont des discussions qu'il faudra avoir avec le ministre de l'Économie."