Un accord commercial sur la pêche dans les eaux britanniques a été conclu, in extremis, le 24 décembre, entre Londres et Bruxelles. Mais les comités de Bretagne ont fait part, dans un communiqué, de "leur très gros doute quant à un accès aux eaux britanniques sans une autorisation des autorités du Royaume-Uni", y compris dans les eaux des îles britanniques Jersey et de Guernesey, qui font face aux côtes françaises.

Face à cette incertitude "et compte tenu des risques de contrôles par les autorités britanniques et du délai nécessaire pour récupérer le matériel, ils invitent les armements bretons à ne pas rester dans les eaux du Royaume-Uni après le 31 décembre 2020 minuit et à retirer les engins dormants avant la fin de l'année", indique le communiqué diffusé sur le site du comité régional des pêches maritimes et des élevages marins de Bretagne.

Dans le cas où il serait nécessaire d'avoir des autorisations pour se rendre dans les très poissonneuses eaux britanniques, le temps de les obtenir pourrait entraîner des pertes de chiffre d'affaires. Les comités bretons indiquent, de ce fait, avoir demandé que les aides annoncées par la ministère de la Mer "soient mises en oeuvre dès que possible et éligibles dès le 1er janvier 2021".

Le Royaume-Uni a officiellement quitté l'UE le 31 janvier 2020, mais l'effet du divorce ne se fera pleinement sentir qu'à compter du 1er janvier 2021.

Un accord commercial sur la pêche dans les eaux britanniques a été conclu, in extremis, le 24 décembre, entre Londres et Bruxelles. Mais les comités de Bretagne ont fait part, dans un communiqué, de "leur très gros doute quant à un accès aux eaux britanniques sans une autorisation des autorités du Royaume-Uni", y compris dans les eaux des îles britanniques Jersey et de Guernesey, qui font face aux côtes françaises. Face à cette incertitude "et compte tenu des risques de contrôles par les autorités britanniques et du délai nécessaire pour récupérer le matériel, ils invitent les armements bretons à ne pas rester dans les eaux du Royaume-Uni après le 31 décembre 2020 minuit et à retirer les engins dormants avant la fin de l'année", indique le communiqué diffusé sur le site du comité régional des pêches maritimes et des élevages marins de Bretagne.Dans le cas où il serait nécessaire d'avoir des autorisations pour se rendre dans les très poissonneuses eaux britanniques, le temps de les obtenir pourrait entraîner des pertes de chiffre d'affaires. Les comités bretons indiquent, de ce fait, avoir demandé que les aides annoncées par la ministère de la Mer "soient mises en oeuvre dès que possible et éligibles dès le 1er janvier 2021".Le Royaume-Uni a officiellement quitté l'UE le 31 janvier 2020, mais l'effet du divorce ne se fera pleinement sentir qu'à compter du 1er janvier 2021.